Roman

« La commode aux tiroirs de couleurs » de Olivia Ruiz

commodeOn connaît bien sûr Olivia Ruiz comme chanteuse, et ce premier roman est l’occasion (et la bonne surprise) de lui découvrir aussi des talents d’écrivain.

Une jeune femme – à laquelle on peut facilement identifier l’auteure) a hérité de sa grand-mère une commode. Objet mystérieux par excellence, il a longtemps suscité la curiosité des petits enfants qui n’avaient pas le droit de l’ouvrir. Les objets qu’elle y trouve retracent, un par un, un passé familial longtemps tu et ignoré.

Oscillant entre gravité et tendresse, le roman explore autant de sujets que l’impact de la « grande Histoire » sur les individus, la transmission familiale, l’engagement, l’acculturation. Olivia Ruiz dresse plusieurs portraits de femmes fortes, solidaires, déracinées de leur Espagne. En décrivant leur courage et leur légèreté, l’auteure nous livre un texte fort et tendre que je vous conseille vivement – jusqu’au dernier chapitre qui clôt le texte avec sensibilité et humour. L’écriture porte la même énergie que celle que l’on connaît à Olivia Ruiz dans ses chansons – et nulle autre mieux qu’elle n’aurait pu lire ce texte.

S 3-3Audiolib, lu par l’auteure, 4h10 d’écoute, 21,90€ en version CD

Roman

« Intuitio » de Laurent Gounelle

intuitioLe pitch de ce roman m’avait tapé dans l’œil : imaginez qu’un homme doive résoudre une enquête avec pour seul outil son intuition.

Je connaissais l’auteur de nom, mais je n’avais jamais encore lu ou écouté l’un de ses livres, et je me suis dit que c’était une bonne occasion.

L’histoire commence ainsi : Timothy est écrivain ; il a publié plusieurs romans mais n’est pas une star de l’édition – ou plutôt, il n’est pas encore une star, car l’émission d’Oprah Winfrey qu’il doit faire dans quelques jours, pour remplacer au pied levé Leonardo Di Caprio, pourrait bien changer sa vie. Il a une semaine pour s’y préparer, mais il ne sait pas encore que la semaine qui arrive ne va pas ressembler à ce qu’il avait imaginé.

En effet, le FBI a décidé de le recruter pour enquêter sur de mystérieuses attaques d’établissements financiers. Et pour cela, le FBI compte sur la seule intuition de Timothy.

C’est à ce moment-là de ma chronique que je dois faire une pause : parce que je veux bien me laisser emporter dans un récit qui ne soit pas 100 % crédible, je veux bien faire preuve d’imagination, mais là le point de départ est complètement tiré par les cheveux. Timothy le reconnaît lui-même, et plusieurs passages du roman l’illustrent : cet homme n’a aucune intuition. Dès qu’il se fie à son instinct, il se plante. Alors pourquoi le choisir, lui, pour cette mission ?

Heureusement je ne me suis pas arrêtée là, car pour le reste le roman est assez prenant, et l’enquête bien menée – j’avais envie de connaître la suite. J’avais sans doute trop d’attente et de curiosité autour de l’intuition, mais si cette partie-là du livre m’a déçue, je ne regrette pas cette écoute.

S 2-3Audiolib, 10h d’écoute, 22,90€, lu par Cyril Romoli

Roman

« Un amour de Swann » de Marcel Proust

swannIl y a plusieurs années, j’avais essayé de « lire Proust », un peu comme un passage obligé dans ma vie de lectrice. J’avais consciencieusement commencé « A la recherche du temps perdu » par le premier tome… et je n’en ai jamais lu d’autre, perdue dans des phrases complexes et un récit qui m’avait plutôt ennuyée.

J’ai redécouvert Proust à travers l’excellente BD de Stéphane Heuet, qui m’a donné envie de retourner vers le texte original. J’ai choisi cette fois-ci « Un amour de Swann » qui est présenté comme une parenthèse dans l’ensemble de l’œuvre. Et comme je l’avais pressenti avec la BD, le roman, assez court, s’est avéré beaucoup plus abordable – et sans doute la BD m’a aidée à l’appréhender car je connaissais déjà l’histoire.

Alors bien sûr, il y a toujours quelques phrases qui me laissent songeuse quant à leur structure :

«  Toute « nouvelle recrue » à qui les Verdurin ne pouvaient pas persuader que les soirées des gens qui n’allaient pas chez eux étaient ennuyeuses comme la pluie, se voyait immédiatement exclue ». (p43)

ou encore :

«  – comme on voit des gens incertains si le spectacle de la mer et le bruit des vagues sont délicieux, s’en convaincre ainsi que de la rare qualité de leurs goûts désintéressés, en louant cent francs par jour la chambre d’hôtel qui leur permet de les goûter. » (p160)

Mais je n’ai pas envie de limiter ma lecture à ces quelques hésitations dans ma lecture. Car il se dégage de l’ensemble du roman beaucoup de thèmes intéressants. Je connaissais bien sûr la « madeleine » et j’ai découvert que l’auteur abordait ce thème du souvenir sous d’autres angles : une petite musique, ou même le choix de certains mots qui réveillent des sensations différentes.

Deux mots sur le sujet du roman : Swann s’est entiché d’Odette de Crécy, une demi-mondaine habituée à fréquenter le salon des Verdurin. D’abord introduit dans les soirées des Verdurin, Swann détonne par sa culture et son refus de s’abaisser à des plaisanteries idiotes ou des conversations trop faciles. Il est progressivement rejeté de chez Verdurin, et rongé de jalousie par les autres fréquentations d’Odette.

Pour finir, je tiens aussi à saluer la modernité de la couverture – je suis sensible aux couvertures, et un choix trop classique m’aurait davantage effrayée.

S 3-3Folio, 384 pages, 5€

Roman

« Fantaisie allemande » de Philippe Claudel

fantaisie allemandeCela faisait bien longtemps que je n’avais pas découvert de texte de Philippe Claudel. J’avais presque oublié à quel point son écriture aux mots ciselés forme de la belle ouvrage, et la version audio permet de profiter encore mieux du texte.

Le début du roman est un peu déroutant, assez sombre. Un homme erre seul ; c’est un soldat. On ne sait pas trop au départ si la guerre est finie ou s’il est déserteur. Il a faim, froid, mais l’on hésite à le plaindre car on ne sait rien de lui – victime ou bourreau ? J’ai redouté au départ que l’ensemble du roman ne tourne qu’autour de l’histoire de la fuite de cet homme, et j’ai d’ailleurs fait une petite pause dans mon écoute après le premier chapitre. Mais finalement plusieurs histoires vont s’enchaîner ; j’ai pensé qu’il s’agissait de nouvelles distinctes, puis j’ai compris qu’elles formaient un tout. Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus sans gâcher la découverte de ce roman, mais il y a une construction vraiment intelligente dans ce texte. Les personnages sont intéressants, à défaut d’être sympathiques. A découvrir.

S 2-3Audiolib, lu par Noam Morgensztern, 2h50 d’écoute, 19,90€ pour la version CD

Roman

« Haute-Pierre» de Patrick Cauvin

Haute-PierreC’est en écoutant une interview où Michel Bussi citait Patrick Cauvin que j’ai eu envie de relire un roman de cet auteur dont j’ai dévoré bon nombre de romans pendant mon adolescence. Dans ma bibliothèque, j’ai retrouvé « Haute-Pierre », et comme je ne me souvenais pas de l’histoire, j’ai pris plaisir à le redécouvrir.

Marc est scénariste. Il a rencontré une femme formidable, Andréa, qui est déjà maman d’un petit garçon intelligent et malicieux qui s’amuse à changer de nom tous les jours. Pour se consacrer à l’écriture d’un scenario, Marc a décidé de quitter Paris et de s’installer pendant un an à la campagne. Il acquiert Haute-Pierre, un vieux manoir où il passe des jours heureux avec sa petite famille recomposée.

Mais après quelque temps des phénomènes étranges surviennent. En retraçant l’histoire de Haute-Pierre, Marc va de découvertes en découvertes ; il se rend compte que Haute-Pierre n’est peut-être pas le manoir idéal dont il rêvait.

J’avais oublié que Patrick Cauvin s’était essayé au récit ésotérique, et j’ai au départ été un peu surprise de relire ce texte assez différent de ses autres romans. Par contre, j’ai retrouvé tout ce que j’aime dans l’écriture de cet auteur, un style simple mais bien maîtrisé, et surtout un art incontestable pour faire grandir l’émotion au fil des pages et manier les rebondissements avec un sens très juste du rythme. Comme quoi, même des lectures adolescentes ne perdent pas toujours leur saveur avec le temps !

S 3-3Le Livre de poche

Roman

« Anna Karénine » de Léon Tolstoï

« Un classique est un livre que tout le monde veut avoir lu, mais que personne ne veut lire » disait Mark Twain. Sans doute est-ce pour cela que « Anna Karénine », que j’avais envie de lire, dont j’avais déjà vu une adaptation pour un film ou un téléfilm, a attendu aussi longtemps sur une étagère avant que je l’ouvre.

Je connaissais trois choses de ce roman :

1. son célèbre incipit «Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon »

2. le thème global du roman (l’amour adultère)

3. la fin tragique (attention je spoile : le suicide d’Anna sous un train)

Il est toujours délicat de chroniquer un classique, surtout quand on a un avis mitigé, mais après tout je ne suis pas en train d’écrire une thèse sur l’œuvre de Tolstoï mais juste de donner mon humble avis de lectrice de l’an 2021.

Tout d’abord, je dois dire que j’ai trouvé mon plaisir de lecture très inégal. Après un début plutôt enthousiasmant, je me suis ennuyée à plusieurs reprises. L’histoire qui m’a le plus intéressée, d’ailleurs, n’est pas tant celle d’Anna elle-même que du couple formé par Kitty et Lévine. Revenons un instant sur l’histoire et les personnages. Anna est mariée, mère d’un petit garçon, et tombe follement amoureuse de Vronski. Elle entame avec lui une relation adultère qui va faire d’elle une femme bannie des salons, infréquentable ; elle abandonne son honneur, et même la garde de son fils, pour vivre avec son amant. Mais la passion ne dure qu’un temps, et tandis qu’elle a tout sacrifié pour Vronski, elle le voit s’éloigner peu à peu.

En parallèle, on suit l’histoire de Kitty. Elle était éprise de Vronski, mais celui-ci lui a préféré Anna. Vivement blessée par ce revers sentimental, Kitty mettra du temps à se relever, et épousera finalement Lévine, homme riche mais attaché à sa terre et à ceux qui la travaillent.

Si le roman m’a semblé inégal dans le rythme, c’est parce qu’il alterne des scènes passionnantes, décrites avec une observation fine et un jugement nuancé (la mort du frère de Lévine, la dépression de Kitty, l’accouchement de Kitty, les réflexions de Lévine sur le travail paysan et son rôle en tant que propriétaire) et des passages longs voire larmoyants qui n’apportent pas grand-chose de plus qu’une illustration de l’ennui dans la bonne société. Les deux cents dernières pages (sur huit cents) m’ont paru particulièrement longues. Mais je reste contente de cette lecture, bien que je garderai sûrement plus le souvenir de Lévine et Kitty que d’Anna et Vronski.

S 2-3Folio classique

Roman

« Sur la terre comme au ciel » de Christian Signol

sur la terreOn ne compte plus les romans qui abordent le sujet de l’amour maternel, mais rares sont ceux qui parlent de l’amour qu’un père ressent pour son fils. La première impression que j’ai eue en écoutant ce roman a été : un père qui parle ainsi de l’amour qu’il ressent pour son fils, c’est rare et c’est beau. Dès les premières minutes d’écoute, j’ai su que j’avais à portée d’oreilles un roman qui allait me toucher.

Ambroise est un vieil homme rongé par le chagrin. Depuis trois longues années, il n’a plus de nouvelles de son fils Vincent. S’il était mort, il le saurait, n’est-ce pas ? Et Ambroise en est convaincu : Vincent est vivant. Alors, pourquoi n’écrit-il plus, pourquoi laisse-t-il son père dans la solitude et l’inquiétude ?

Je n’irai pas plus loin dans le résumé, car vous en dévoiler plus nuirait au plaisir d’écoute. Mais on apprend assez vite pourquoi Vincent ne donne plus de nouvelles.

Tout le roman est écrit avec une grande sensibilité, bien retranscrite d’ailleurs par la lecture de Daniel Nicodème. J’ai beaucoup aimé l’ambiance du livre, les grands espaces, et le rapport des personnages à la nature. Il y a très peu de personnages d’ailleurs dans ce roman, ce qui accentue l’impression d’isolement au sein d’une nature immense. Ambroise, homme simple et droit, est une figure paternelle pleine d’amour. Le sujet de la parentalité, de l’éducation des enfants pour en faire des êtres libres, est très bien abordé dans ce roman : pas de cliché ni de théorie psy, juste les réflexions d’un père (et de la mère aujourd’hui décédée) qui voudrait ne jamais voir son enfant partir mais sait qu’il ne peut pas lutter contre. Ambroise est passionné par les oiseaux migrateurs, et toute une partie de la poésie de ce roman vient aussi des analogies avec les oiseaux, leurs migrations, leur vie au rythme sans fin des saisons qui passent.

C’est un beau texte, d’une sensibilité touchante, et une belle surprise aussi car je n’avais jamais lu ni écouté de roman de Christian Signol (bien que je le connaisse de nom, évidemment). Pour une première, c’est réussi.

S 3-3Audiolib, 4h30 d’écoute, 22,50€

Roman

« Doucement renaît le jour » de Delphine Giraud

doucementConnie est une jeune fleuriste passionnée par son métier. Trentenaire, célibataire, elle consacre son énergie à créer des bouquets pour toutes les occasions de la vie. Un banal incident survenu alors qu’elle faisait son jogging dominical l’empêche de dormir et lui fait pressentir qu’une pièce manque au puzzle de son passé.

Le roman commence très vite, sans tergiversation inutile : le père de Connie lui avoue sans la moindre hésitation un secret de famille : Connie a un frère, Mat, lourdement handicapé depuis un accident survenu dans son enfance.

C’est un peu brusque de voir un secret de plusieurs décennies révélé en réponse à une question anodine – mais au moins cela a le mérite de faire avancer très vite le début de l’histoire.

Sans larmoiement mais avec toute la sensibilité d’une fleuriste dont la fleur préférée est le coquelicot – fleur qui allie fragilité et robustesse – Connie va devoir apprivoiser son frère, appréhender le handicap, et se confronter à son passé. Les personnages secondaires, employés de la boutique et amis, forment une galerie sympathique et attachante.

S 2-3Fleuve éditions, 368 pages, 18,90€

Roman

« Rien ne t’efface » de Michel Bussi

rien ne t'efface« Je me suis encore fait avoir ! » Voilà ce que je me suis dit, avec un soupir et une grande jubilation, en découvrant la chute (on dit maintenant « le twist final ») du nouveau roman de Michel Bussi. Oui, je me suis fait avoir parce que j’avais imaginé une autre fin, je n’ai pas vu venir celle-ci, et je suis bien contente !

Après avoir emmené ses lecteurs aux îles Marquises dans son précédent roman (« Au soleil redouté »), Michel Bussi revient en France. Le roman commence à Saint-Jean-de-Luz où Maddi, médecin généraliste et mère célibataire, vit l’horreur le jour où son fils Esteban, dix ans, disparaît en allant chercher le pain.

Dix ans plus tard, Maddi est persuadée d’avoir retrouvé son fils. Il s’appelle Tom et vit en Auvergne. Problème, Tom n’a que dix ans, comme si l’enfant n’avait jamais grandi. Prête à tout pour retrouver son fils, Maddi quitte le pays basque et part s’installer en Auvergne – ce qui donnera au lecteur le plaisir de découvrir cette merveilleuse terre de volcans, à travers ses paysages et de savoureux personnages comme Nectaire, Savine ou Aster.

Les lecteurs qui connaissent bien les romans de Michel Bussi savent qu’il ne faut pas chercher de fin fantastique, et que chaque énigme aura une réponse réaliste et logique – c’est d’ailleurs tout à son honneur, car l’intrigue est plus compliquée à construire ainsi.

Figurant depuis plusieurs années dans le top des auteurs les plus lus en France, Michel Bussi mérite plus que jamais sa place dans le haut du classement.

S 3-3Presses de la cité, 21,90€

Roman

« Et que ne durent que les moments doux » de Virginie Grimaldi

et que ne durent« Je pense que c’est la pire chose que nous faisons en tant que femmes, ne pas partager la vérité sur nos corps, comment ils fonctionnent ou comment ils ne fonctionnent pas ». En refermant le livre de Virginie Grimaldi, c’est à cette citation de Michelle Obama que j’ai pensé. Car s’il y a une auteure qui parle bien des femmes, de leurs tourments, de leurs combats, de leur sensibilité, c’est bien Virginie Grimaldi. Elle a le talent d’écrire sur la vie des femmes et provoque chez la lectrice que je suis des émotions très fortes. Rares sont les livres qui sont capables de me faire littéralement rire (parce qu’il y a beaucoup d’humour, de gentils sarcasmes) et pleurer (face aux épreuves endurées par ses personnages), et celui-ci en fait partie.

Deux destins de femmes se croisent. Une jeune mère vient de mettre au monde une petite fille prématurée, et ne sait pas encore si l’enfant vivra. Le bébé est hospitalisé en néonatalogie, se nourrit par sonde gastrique.

L’autre personnage est une femme de cinquante ans. Divorcée, elle vit seule à Bordeaux depuis que ses enfants ont quitté le nid, l’une pour Londres, l’autre pour étudier à Paris. Elle est à un tournant de sa vie, où elle doit apprendre à vivre pour elle après avoir passé des décennies à gérer les préoccupations familiales.

Le lien entre les deux ne sera révélé qu’à la fin, même si je l’avais deviné aux deux tiers du livre.

Ce sont deux femmes fortes et fragiles, parfois dépassées par les événements de la vie, mais toujours combatives, pleines d’amour, et avec une incroyable capacité à rebondir. Véritable déclaration d’amour aux femmes, ce livre est un bijou d’humanisme. En version audio, il est lu avec beaucoup de nuance par Marcha Van Boven, qui module sa voix pour retranscrire passages légers et moments d’émotion.

S 3-3Audiolib, 6h d’écoute, 21€90