Cosy mystery

«Bretzel et beurre salé (tome 2) : Une pilule difficile à avaler » de Margot et Jean Le Moal

bretzel-et-beurre-sale-une-pilule-difficile-a-avalerJe n’avais pas lu le premier tome de cette série, « Bretzel et beurre salé », même si je l’avais souvent vu bien mis en avant dans les librairies. J’aime beaucoup les cosy, cela ne vous aura pas échappé, mais bizarrement je n’avais pas sauté sur celui-ci – il a fallu le hasard d’une bibliothèque pour me mettre entre les mains le deuxième tome.

Evacuons tout de suite le sujet : il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier tome pour comprendre parfaitement la psychologie des personnages dans le tome 2.

L’histoire est celle de Cathy, sexy quinqua originaire d’Alsace, qui s’est installée en Bretagne. Pas de chance, depuis qu’elle habite Locmaria, les affaires criminelles se multiplient. En tant que lectrice assidue de cosy, je ne m’arrête pas à la crédibilité de ce genre de détails, il faut bien un point de départ à la série…

Cette fois-ci, c’est un trafic de drogue qui est mis en lumière. Cathy, « étrangère » à la région, est vite pointée du doigt par la presse locale, tandis que Erwan, son employé, se retrouve dans de sales draps qui font ressurgir son passé de délinquant.

Le personnage de Cathy est assez sympathique, dommage qu’il y ait autant de personnages secondaires. L’intrigue manque de rebondissements à mon goût, même si la fin est assez inattendue et plutôt réussie. Il y a trop de dialogues qui n’apportent rien et nuisent au rythme du récit. Ce n’est pas une lecture désagréable, mais elle ne m’a pas convaincue de lire d’autres tomes.

S 2-3Ed. Ookilus (gros caractères), 352 pages, 24,50€. Existe en d’autres formats.

Policier

«Les meurtres zen tome 1 : Des meurtres qui font du bien » de Karsten Dusse

9782749172491ORIJ’ai d’abord été interpelée par le titre : des « meurtres qui font du bien » ? dans une collection qui s’intitule « Les meurtres zen » ? Avouez que ce n’est pas banal !

Björn est l’avocat sans scrupules de Dragan, un mafieux. Lorsque la femme de Björn le place devant un ultimatum – changer profondément de vie ou renoncer à voir sa fille – Björn ne perçoit pas tout de suite l’opportunité qui lui est offerte. C’est en consultant un psy, spécialiste de la pleine conscience, que Björn apprend peu à peu à voir les situations différemment… et à commettre des actes répréhensibles – pour la bonne cause.

Si vous aimez les romans second degré et l’humour noir, vous allez adorer ce roman complètement barré, où un avocat commet les pires méfaits pour passer du temps avec sa fille et appliquer les principes de la pleine conscience dans toutes les situations.

(Petite parenthèse sur le sujet : j’ai enfin compris ce qu’est la pleine conscience!)

L’histoire est déjantée à souhait, on se demande à chaque chapitre ce que l’avocat va inventer comme nouvelle interprétation très personnelle de la pleine conscience !

Ce n’est pas un roman d’enquête car le lecteur est omniscient et connaît tout ce que trame l’avocat. Le suspense réside plutôt dans les trouvailles que l’avocat utilisera pour se sortir de situations de plus en plus rocambolesques – je vous laisse lire les passages sur les places en école maternelle…

La publication du deuxième tome en France est déjà annoncée pour 2023 ; je le lirai volontiers, curieuse de voir comment (et pour quels motifs saugrenus) Björn va à nouveau frapper.

S 3-3Le Cherche Midi, 400 pages, 19,90€

Cosy mystery·Policier·Roman

« Son Espionne royale (tome 9) et les conspirations du palais » de Rhys Bowen

espionne t9« Son Espionne royale » fait partie de ces lectures réconfortantes, que j’aime avoir sur ma table de chevet. Je l’avais acheté dès sa sortie, puis gardé « sous le coude » , et j’ai pris un grand plaisir à le lire ces jours-ci.

Tout ce que j’aime dans la série est présent : Georgie, une fois de plus, est envoyée par la Reine en mission auprès d’un membre de la famille royale. Cette fois-ci, elle tiendra compagnie à Marina, qui doit bientôt épouser un membre de la famille royale, au passé plutôt sulfureux. Or une ancienne maîtresse du futur marié est retrouvée morte assassinée. Qui cherche à nuire à ce futur mariage ? Et pour quelles raisons ?

Comme dans les précédents tomes, Georgie va enquêter en parallèle de la police. Les personnages secondaires ont une place particulièrement bien travaillée dans ce tome : Belinda, l’amie frivole de Georgie, montre une autre facette au lecteur ; l’histoire d’amour entre Gerogie et Darcy O’Mara connaît un rebondissement inattendu ; quant à Queenie, que j’ai parfois trouvé exaspérante dans d’autres tomes, elle reprend sa place de personnage décalé et amusant avec le juste dosage.

C’est un très bon tome dans la série, efficace, avec plusieurs pistes possibles jusqu’à la fin.

S 3-3Robert Laffont, 378 pages, 14,90€

Policier·Roman

«Les sœurs Mitford enquêtent (tome 3) : Un parfum de scandale » de Jessica Fellowes

Un-parfum-de-scandaleLes années ont passé. Diana Mitford, qui n’était qu’un personnage secondaire des précédents tomes, est devenue une jeune femme. Mariée à Bryan Guinness, elle mène une existence aisée, mais se retrouve indirectement liée, à plusieurs années d’intervalle, à plusieurs morts. Si la première avait été clairement identifiée comme accidentelle (la chute mortelle d’une jeune serveuse), la mort suivante, celle d’un ami du couple, paraît plus suspecte.

Je le redis : le titre de cette saga est erroné, puisque ce ne sont pas les sœurs Mitford qui enquêtent, mais leur gouvernante Louisa ! Et c’est donc Louisa, qui navigue entre deux mondes (la « bonne société » qu’elle aimerait tant rejoindre, et le monde des gouvernantes et des nurses) qui essaie de démêler ces histoires sans lien apparent. Il y a plusieurs histoires dans l’histoire, plusieurs enquêtes dont le lecteur comprend vite qu’elles seront liées.

L’histoire est un peu complexe (mais rien de trop non plus), la lecture est assez agréable, mais contrairement à d’autres séries d’enquêtes, il y a assez peu de « fil rouge » entre les tomes. On pourrait presque même les lire sans avoir lu les précédents. Dans chaque tome, l’intrigue concerne l’une des sœurs Mitford en particulier, mais elles sont beaucoup moins présentes que Louisa. J’ai bien aimé cette lecture, mais je ne sais pas encore si je lirai les prochaines.

S 2-3Le livre de poche, 8,40€

BD·Policier

«Poirot joue le jeu», adaptation BD par Marek d’après Agatha Christie

poirot joueDans cette collection éclectique d’adaptations en BD de romans d’Agatha Christie, celle-ci est l’une des meilleures. On retrouve tous les « codes » du roman d’Agatha Christie (des fausses pistes aussi nombreuses que les personnages) dans une version joliment dessinée et aussi claire dans les illustrations que dans le texte. Ainsi, même si le lecteur peut soupçonner plusieurs personnages au fil de sa lecture, il progresse pas à pas ; les noms ou fonctions des personnages sont rappelés autant que nécessaire pour ne pas tout mélanger.

Dans cette enquête, Poirot a été appelé par Mrs Oliver, une célèbre romancière. A l’occasion d’une fête donnée dans une riche demeure, elle organise une « murder party », une fausse enquête policière que devront résoudre les invités. Or Mrs Oliver s’inquiète, elle pressent que cette « murder party » donnera lieu à un drame bien réel. Ce qui, évidemment, va se réaliser…

Ici Poirot est assez discret, il ne parle même pas de ses petites cellules grises… Pour le reste, la BD est très fidèle à l’esprit des romans d’Agatha Christie. J’ai passé un très bon moment de lecture ; dans la collection, je vous conseille spécialement cette BD-là.

S 3-3Ed Paquet, 64 pages, 16,50€

Cosy mystery·Policier

« Le Murder Club du jeudi » de Richard Osman

9782253107651-001-TQuand de riches retraités s’ennuient dans leur maison de retraite tout confort, ils ne créent pas un club de mots croisés mais un murder club ! Chaque jeudi, ils sont quelques uns à se retrouver pour tenter d’élucider de vieilles affaires criminelles jamais résolues. Il y a Elisabeth, la meneuse du groupe ; Ron l’ancien politique et Ibrahim l’ancien psy. Et depuis que Penny est dans un coma définitif, Joyce l’infirmière complète le groupe.

Or ce n’est pas un cold case qui occupe les retraités ces jours-ci, mais un vrai meurtre tout récent, celui d’un promoteur qui voulait racheter des terres et un ancien cimetière de nonnes pour bâtir un nouveau complexe immobilier.

L’originalité de ce roman n’est pas dans son groupe de retraités, au contraire j’ai l’impression qu’il y a déjà eu beaucoup de romans qui ont ce point de départ. L’intrigue est parfois un peu complexe (cf le passé des mafieux) mais la fin est plutôt bien trouvée quoique imprévisible pour le lecteur. J’ai plutôt passé un bon moment de lecture, les quatre retraités sont assez amusants, j’ai même rigolé à plusieurs reprises de leurs bons mots. Sans être le meilleur roman du genre cosy, c’est un premier tome assez distrayant.

S 2-3Le Livre de poche, 544 pages, 8,90€

Policier

« La clé du sang » de Ruth Ware

clésangJ’ai lu avec avidité les six tomes de « Blackwater », et c’est une saga tellement marquante qu’il est difficile d’enchaîner sur une autre lecture. Alors j’ai choisi un livre qui m’attendait dans ma PAL, que j’avais mis de côté pour un moment où je risquais un « creux » de lecture ; j’étais sûre d’aimer « La clé du sang », ayant déjà adoré « La disparue de la cabine n°10 » de la même auteure.

Et devinez quoi ?

C’est une histoire de maison hantée ! Moi qui voulais changer d’univers, ha ha…

Mais la comparaison s’arrête là. Dans « La clé du sang », l’histoire se déroule de nos jours. Rowan décroche le job de ses rêves : nourrice à domicile d’une famille très riche, qui vit dans une immense et belle demeure, et qui va très bien la rémunérer pour garder ses quatre filles.

Pourtant, à peine arrivée, Rowan découvre que toutes les précédentes nurses se sont enfuies. Et que la maison renferme des secrets…

C’est un excellent thriller psychologique, avec la juste dose de suspense, d’interrogations entre rationnel et irrationnel, de personnages ambigus. L’écriture est très rythmée, avec des rebondissements bien amenés. J’ai dévoré ce roman en deux jours !

Et maintenant, je vais chercher une lecture VRAIMENT différente 😉

S 3-3Fleuve éditions, 20,90€

Cosy mystery·Policier

« Sa Majesté mène l’enquête (tome 1) : Bal tragique à Windsor » de S.J.Bennett

Bal-tragique-a-Windsor-tome-1-Sa-Majeste-mene-l-enquete-Tome-1Cela faisait longtemps que ce premier tome me faisait de l’oeil. Dans cette série, la reine Elisabeth II mène des « enquêtes », à sa façon – comprenez : sans quitter ses résidences royales, en envoyant sa secrétaire particulière sur le terrain. Je me suis décidée quand j’ai vu qu’il était sorti en format poche – j’avais quand même quelques doutes sur la qualité d’un roman qui part d’un pitch aussi rocambolesque que la reine en enquêtrice.

Je baignais un peu dans la monarchie anglaise à ce moment-là, entre la saison 4 de « The Crown » et les actualités qui parlaient beaucoup du jubilé (des 70 ans de règne) d’Elisabeth II.

Le moins que je puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à ce que ce roman commence ainsi : un homme, invité à un dine-and-sleep au château de Windsor, est retrouvé mort dans sa chambre, dans une mise en scène qui a tout d’un jeu sexuel qui aurait mal tourné.

Choquée, la reine ? Même pas ! A son âge, elle a tout vu, tout entendu.

Par contre, elle veut comprendre ce qui s’est passé, et dépêche donc Rozie, sa brillante secrétaire particulière, pour enquêter sur le terrain à sa place.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance du roman, entre soirées royales, courses de chevaux et franches discussions entre la reine et son époux – on y retrouve plein de petits détails ou anecdotes (plutôt connus) autour de la reine.

L’histoire en revanche est assez alambiquée. Il y a des fausses pistes, c’est plutôt bon signe, mais je me suis vite perdue dans les considérations diplomatiques et autres jeux de pistes, et parmi les personnages dont je n’ai pas toujours saisi le rôle dans l’affaire. La fin est un peu poussive, avec une longue partie d’explications finales, qui auraient mérité d’être distillées un peu plus en amont dans le roman, pour guider le lecteur dans les déductions.

Au final j’ai passé un agréable moment de lecture, mais davantage pour le récit du contexte que pour l’enquête elle-même.

S 3-3Points, 384 pages, 7€

Cosy mystery·Policier

« Agatha Raisin enquête (tome 31) : Au galop ! » de M.C. Beaton

9782226459152-jPremier signe que la fin de la série approche : même si ce n’est pas écrit sur la couverture (!), ce livre a été co-écrit. Je ne sais pas ce qui doit être attribué à l’un ou l’autre des deux auteurs ; c’est un bon tome, avec du rythme, des personnages hauts en couleurs ; mais j’ai aussi été étonnée par des descriptions maladroites et surtout par un incroyable (et peu crédible) retour en grâce de James. Alors certes le roman s’ouvre sur le mariage de Charles, et on pouvait imaginer qu’Agatha ne resterait pas longtemps à se languir ; qu’elle cherche à reconquérir James, pourquoi pas ! Mais faire de James soudain un grand romantique, je n’y ai pas cru une seconde.

A part ça, le décès brutal de la nouvelle épouse de Charles entraîne l’enquête d’Agatha dans le milieu hippique, avec un petit détour en France. C’est rafraîchissant, et plutôt bien inspiré.

Et maintenant, place au dernier tome !

S 3-3Albin Michel, 14€

Policier·Roman

« Le bon père » de Santiago Diaz

9782749172361ORI (1)Persuadé de l’innocence de son fils emprisonné pour le meurtre de son épouse, un père décide de faire justice lui-même. Pour convaincre la police de rouvrir l’enquête, il séquestre trois personnes, un juge, un avocat, et un témoin, qui ont contribué à faire condamner son fils. A intervalles réguliers, tant que la police n’aura pas retrouvé le véritable assassin de sa belle-fille, il tuera ses otages.

Ce roman se lit facilement, il n’y a pas de temps mort, l’écriture est efficace. Ce n’est pas un page turner, mais l’histoire avance bien et donne envie de lire la suite.

Le personnage de l’enquêtrice, Indira, obnubilée par l’ordre et l’hygiène, est bien amené, crédible et apportant une « histoire bis » au sein du roman.

La fin du roman est largement prévisible, mais j’ai quand même lu tout le roman avec plaisir.

Côté structure, un compte à rebours plus présent, ou des fins de chapitres plus « cliffhanger », auraient été bienvenus. A noter, il y a beaucoup de personnages, j’étais un peu perdue par moment (heureusement j’ai tout compris au final).

S 2-3Le Cherche Midi, 432 pages, 21,90€