Audio·Roman

« Les petites reines » de Clémentine Beauvais

Capture d'écran 2024-02-27 205609On choisit parfois un livre sur le seul nom de son auteur. Et parfois, on choisit un livre audio sur le nom de son lecteur – en l’occurrence ici, une lectrice, l’excellente Rachel Arditi, que j’avais déjà entendue dans « Les dames de Marlow ».

J’avais aussi lu quelques chroniques très enthousiastes sur « Les petites reines », roman qui a aussi été adapté en bande dessinée.

Bref, j’avais deux bonnes raisons d’écouter ce livre audio !

Le bilan de mon écoute est très positif. L’histoire, d’abord, a un point de départ qui interpelle : Mireille, Hakima et Astrid ont été élues « boudins de l’année » par l’un de leur camarade. Avec la viralité des réseaux sociaux, il y a de quoi déprimer… Mais Mireille n’en est pas à sa première élection, et prend cela désormais avec beaucoup de recul. Elle rallie à sa défense les deux autres « boudins », et elles partent toutes les trois à vélo, destination Paris, pour y porter chacune une revendication qui lui tient à coeur.

C’est aussi drôle que sensible, aussi bouleversant que léger. Il y a de tout dans ce roman vif et intelligent. Le message est optimiste, montre que les insultes et le harcèlement ne doivent jamais être banalisés ; et aussi qu’il y a de la place pour la révolte et la résilience, que la honte peut changer de camp.

Quant à la lecture de Rachel Arditi, elle est juste parfaite : d’ailleurs c’est moins une lecture qu’une incarnation. La voix de l’actrice porte le texte avec une incroyable justesse, le juste rythme, le bon choix d’enthousiasme ou de silence.

Ce roman est publié comme un roman jeunesse, mais il peut être lu par des adultes autant que par des collégiens.

S 3-3Audiolib, lu par Rachel Arditi, 6h15 d’écoute, 19,20€ en version CD

Biographie·Roman

« Danser encore » de Charles Aubert

Danser-encoreJ’aime bien quand les livres me font découvrir des univers qui ne me sont pas familiers, et bousculent mes a priori. Un livre sur un boxeur ? Sans doute serais-je passée à côté (à tort) s’il ne m’avait pas été conseillé.

Ce roman biographique entraîne le lecteur dans l’univers de la boxe, et pourtant il porte le doux titre de « Danser encore », tant Rukeli (Johann Trollman) avait une technique qui ne ressemblait à aucune autre.

Si vous ne connaissez rien à la boxe, et même si vous n’aimez pas les sports de combat, que cela ne vous empêche pas de découvrir ce texte, qui va bien au-delà du sport. Il raconte le parcours de Rukeli, boxeur tsigane au style jugé trop atypique dans une Allemagne en pleine montée du nazisme. Le rayonnement du champion, sa vie modeste et ordinaire, bousculée d’abord par les succès sportifs, puis rattrapée par les préjugés raciaux et par la guerre, font de ce livre un combat entre ombre et lumière.

Les chapitres, présentés comme des « rounds » se lisent facilement. L’écriture est accessible et efficace, avant tout au service de l’histoire.

S 3-3Istya & Cie, 172 pages, 20€

Policier·Roman

« Les meurtres zen (tome 3) – Des meurtres pour retrouver son calme » de Karsten Dusse

9782749176727ORIJ’ai déjà eu l’occasion de lire des romans ou des témoignages sur le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle, mais assurément aucun ne ressemblait au pèlerinage façon Björn Diemel ! Si vous avez suivi les deux premiers tomes de cette série au nom étrange de « Meurtres zen », vous savez déjà que Björn, avocat de mafieux et autres trafiquants, est devenu lui-même à la tête d’une organisation basée sur le meurtre et l’élimination de toutes sortes « d’obstacles ».

Cette fois-ci, Björn a décidé de partir en pèlerinage. Bien sûr, rien ne va se passer comme prévu, car une menace de représailles pèse sur lui.

Je me demande toujours, avant d’entamer un tome de cette série, comment l’auteur va se renouveler. Et je dois dire qu’il y arrive plutôt bien, tout en gardant ce qui fait l’originalité de cette série, c’est-à-dire un humour noir et second degré présent dans tous les chapitres. Björn est père de famille, encore un peu épris de son ex-femme, et derrière cette façade d’homme ordinaire se cache un tueur qui s’ignore (presque) tant il semble déconnecté de la réalité. Les interprétations très personnelles qu’il fait des conseils de son psy le rendent dangereux sans même qu’il s’en rende compte.

C’est drôle et gênant, bourré de second degré et de moments où l’on oscille entre dégoût, sourire noir et incrédulité. Bref, dans son genre, c’est très efficace !

S 3-3Le Cherche-Midi, 384 pages, 19,90€

Roman

« Ma tempête » de Eric Pessan

HD_AFDV_Tempete_couv-280x410Shakespeare comme vous ne l’avez jamais lu !

Un père de famille, contraint de garder sa fille un jour de grève de la crèche, transforme cette journée en initiation ludique au plus grand dramaturge anglais. Sa fille n’a pourtant que deux ans, mais il transforme son appartement en scène immense, où il lui fait découvrir « La Tempête ».

Pourquoi ce texte-là en particulier ? Parce que pendant plusieurs années, il a préparé la mise en scène de cette pièce, l’a retraduite intégralement… et que son projet n’a pas pu voir le jour. Depuis, il déprime.

Le roman alterne entre scènes familiales, jeu autour de la pièce de théâtre, et réflexions sur la condition d’artiste, d’auteur, de metteur en scène. Le statut des intermittents est expliqué simplement, et les aberrations de certaines subventions publiques sont dénoncées à travers l’exemple de cette pièce sacrifiée. Mais ce n’est pas un essai sur le sujet, et le livre reste un roman, qui traite bien des interrogations d’un homme qui place l’art au coeur de sa vie et qui est confronté à des plans marketing, business plan, et autres démarches loin de son univers.

Ce livre court (moins de 150 pages) se lit aussi comme le récit d’une journée entre un papa et sa fille adorée, l’envie qu’il a de lui transmettre ses passions tout en ayant conscience qu’elle développera ses propres goûts et centres d’intérêt.

Tous ces thèmes trouvent leur place dans ce livre, avec beaucoup de justesse, de pudeur, et une grande déclaration d’amour à tous les arts.

S 3-3Aux forges de Vulcain, 160 pages, 18€

Cosy mystery·Policier

« Son espionne royale (tome 12) : Quatre enterrements et peut-être un mariage » de Rhys Bowen

9782221266533ORICette fois-ci semble la bonne : le mariage de Georgie et de Darcy est pour bientôt. Le couple va devoir trouver son petit nid d’amour – ce qui s’avère plus compliqué que prévu. Grâce à la proposition (miraculeuse) d’un ancien amant de sa mère dont elle héritera, Georgie est invitée à loger au château de Eynsleigh.

Georgie, qui n’a jamais été capable de remettre à sa place son insupportable bonne Queenie, se transforme (miraculeusement, là encore) en parfaite maîtresse de maison, menant son petit monde à la baguette. Il faut dire qu’elle a du pain du planche, avec un majordome irrespectueux, un cuisinier qui ouvre des conserves, et des jardiniers qui ne jardinent pas…

Ce tome est l’un des meilleurs de la série. Il faut faire abstraction de quelques gros revirements de situation (l’héritage, Queenie métamorphosée, Georgie directive) et profiter de l’ambiance du roman. Dans le château de Georgie, on assiste presque à un huis-clos domestique. Georgie organise son petit monde, surveille les comptes, passe ses commandes, attribue les rôles.

L’enquête aussi est très différente de d’habitude, et l’essentiel du roman tourne autour de l’installation de Georgie dans sa nouvelle demeure et la résolution de quelques mystères du quotidien. Il y aura bien une enquête de fond, mais elle est bien amenée et découle naturellement de toute la première partie du roman.

C’est aussi un tome où les personnages secondaires récurrents semblent rentrer dans le rang (Queenie, le grand-père, et même un peu la mère de Georgie – par certains aspects seulement!). On y revoit aussi les petites princesses Elisabeth (future Elisabeth II) et Margaret. Les petits clins d’oeil à l’histoire de la monarchie anglaise ne manquent pas, et donnent un supplément d’intérêt à ce tome.

S 3-3Robert Laffont coll. La Bête noire, 378 pages, 14,90€

Roman

« Les albums » de Ariel Denis

LES_ALBUMS-652x1024Imaginez le cauchemar que vit le personnage de ce roman : grand lecteur, tous ses albums chéris, ceux qui ont bercé son enfance (Tintin, Spirou, Marsupilami…) ont disparu.

Au réveil, groggy, il repense à ses déménagements et à la bascule dans sa vie de lecteur qui a eu lieu quand il avait treize ans. Un narrateur omniscient se plonge, aux côtés du lecteur, dans la quête d’un passé disparu, fait de lecteurs enfantines, d’albums usés et décolorés à force d’être lus.

Sous couvert « d’enquête », c’est une part de l’histoire de la bande dessinée qui est racontée, avec un hommage rendu à la ligne claire.

Beaucoup de citations issues notamment des « Tintin » vont parler à de nombreux lecteurs. Nombreux parmi vous partagent sûrement des références et reconnaîtront des lectures d’enfance (et aussi des sacrifices regrettables faits lors de déménagements).

Le livre est assez court (moins de 150 pages), et c’était le format maximal pour moi sur ce thème. Le sujet n’est pas inintéressant, mais le prisme de « l’enquête » ne fonctionne pas (selon moi). C’est surtout un prétexte narratif.

S 2-3Champ Vallon, 136 pages, 19€. Reçu dans le cadre d’une « masse critique »

Roman

« Le dernier jour du Tourbillon » de Rodolphe Casso

tourbillonLe Tourbillon est l’un de ces cafés qui ont donné leur âme à de nombreux quartiers. Bien avant les enseignes internationales, bien avant le wifi gratuit et les client avec leurs casques sur les oreilles, il a été l’un de ces cafés où l’on parlait, où l’on faisait connaissance et refaisait le monde. Il reste quelques habitués qui viennent prendre l’apéro entre copains et qui, sans doute, ne se fréquentent pas en dehors de ce lieu.

Lorsque Gus débarque dans ce café, c’est un monde qu’il découvre.

Il y a une vraie tendresse dans ce texte, envers les personnages (très largement masculins, les femmes apparaissant plutôt comme des éléments perturbateurs dans l’histoire, ou comme des sujets de discussion), et aussi envers une proximité qui n’existe plus dans les grandes villes que dans quelques quartiers délaissés par les touristes.

On imagine qu’il n’y a rien dans ce café qui mérite d’être pris en photo et commenté sur les réseaux sociaux. C’était un autre monde.

C’est un roman qui se lit comme des chroniques du quotidien, au milieu des habitués, de leurs préoccupations (l’un vient d’être quitté, l’autre attend un premier rendez-vous, un autre se prend pour une vedette…). D’ailleurs je l’ai lu en plusieurs fois, le posant, le reprenant, un peu comme j’aurais pris de temps en temps des nouvelles des clients fidèles de ce café.

S 3-3Aux Forges de Vulcain, 192 pages, 20€

Policier

« Lupin – Echec à la reine » de Bertrand Puard

lupinJe n’ai pas vu la série Netflix « Lupin » mais j’avais depuis longtemps envie de découvrir ce roman.

Benjamin est le fils d’antiquaires parisiens réputés. Lorsque son père disparaît mystérieusement, les questions affluent : a-t-il été enlevé ? a-t-il fui un danger ? Il a laissé derrière lui un message codé, que Benjamin et ses amis Assane (le fan d’Arsène Lupin) et Claire vont devoir décoder pour partir à sa recherche.

Dans leur quête, ils vont s’intéresser à Rosa Bonheur, une peintre quelque peu oubliée, et enquêter de Fontainebleau jusqu’aux Etats-Unis.

Les références à Arsène Lupin sont assez légères, nul besoin d’être un expert de Maurice Leblanc pour comprendre et apprécier l’enquête.

C’est un très bon roman d’aventures, dont chaque fin de chapitre donne très envie de poursuivre la lecture jusqu’au suivant, et encore au suivant… Je connais un peu l’oeuvre de Rosa Bonheur et j’ai lu une biographie de cette peintre il y a quelques années, et j’étais très contente de la retrouver dans ce roman – nul doute que ce roman donnera envie aux lecteurs d’en savoir un peu plus sur elle. Officiellement ce livre est un roman jeunesse (plutôt pour ado) mais c’est aussi un très bon roman pour adulte ! S’il y a d’autres livres avec les mêmes personnages, et qu’ils deviennent à leur tour les héros d’une série de romans, je lirai ceux-ci sans hésiter !

S 3-3Hachette romans, 336 pages, 19€

Cosy mystery·Policier

« Les enquêtes de Julie (tome 4 ) : Le superyacht sinistre » de Ana T. Drew

9791033911999Ne cherchez pas sur mon blog les chroniques des trois premiers tomes de ce cosy mystery : j’ai commencé par le quatrième…

L’héroïne, Julie, est pâtissière. Bien qu’elle possède sa propre boutique, elle a été embauchée pour réaliser les desserts lors d’une croisière sur un yacht, propriété d’un couple richissime. Julie découvre l’univers de la jet-set, mais aussi les coulisses du fonctionnement d’un tel bateau. Dépaysement garanti dès les premières pages, le lecteur part aussi en croisière !

Mais la croisière ne fait pas que s’amuser (pardon, je n’ai pas résisté…) lorsque l’un des passagers disparaît – son corps a probablement été jeté à l’eau. Je n’avais pas lu le résumé du roman jusqu’au bout, donc je pressentais une autre victime – et c’est très bien comme ça, cela laisse un peu de tension avant même que l’enquête commence !

Pour le reste, que dire ? Le personnage de Julie est simple et sympathique, sa grand-mère Rose est marrante. Et pour une fois dans ce type de romans, les relations entre la détective amateur et la police sont très bonnes ! Cela nous évite quelques clichés…

J’ai quand même été surprise en cours de roman en découvrant que Julie est aussi… médium. Ah bah oui, c’est très pratique pour résoudre une enquête quand on visualise en flash des scènes qui se sont déroulées sans qu’on y soit… ! La ficelle est vraiment trop grosse, où est l’esprit de déduction ?

Je passe rapidement aussi sur quelques détails inutiles, comme par exemple qu’elle fasse de la pâtisserie « sans gluten », une information qui est mise en avant plusieurs fois mais jamais utilisée dans l’histoire (ni pour l’intrigue, ni pour donner des idées de recettes,…).

Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment, mais cela ne m’a pas suffi pour me convaincre de lire les autres romans de cette série.

S 2-3Harper Collins poche, 7,90€

Roman

« Ikiro » de Benoît Marie Lecoin

9782373057225-280x430La couverture est à elle seule une promesse : les sakuras, les célèbres cerisiers à fleurs du Japon dont la floraison est attendue chaque année, portent un symbole de poésie qui transparaît dans tout ce roman.

On suit d’abord Ikiro, jeune homme qui vit chez sa grand-mère adorée depuis le décès prématuré de ses parents. Son quotidien, son lieu de vie, ses habitudes, m’ont transportée immédiatement au Japon, et ont fait remonter à ma mémoire des images de dessins animés japonais.

A l’heure où il démarre sa vie d’étudiant, Ikiro tombe fou amoureux de Midori, une autre étudiante, passionnée de photographie. Désormais, toute sa vie et ses pensées sont orientées vers cet amour.

Mais l’auteur ne raconte pas seulement une histoire d’amour : il entraîne progressivement le lecteur dans un autre univers, où l’amour se démultiplie dans le vortex.

Ne résistez pas à ce monde parallèle : il faut vous laisser porter par la poésie du texte, et si tout n’est pas réaliste ce n’est pas grave ! La poésie est ailleurs.

Dans ce Japon décrit à travers les yeux de la jeunesse, le lecteur porte tour à tour des lunettes d’émerveillement et des lunettes d’imaginaire. L’ensemble est agréable à lire, et propose une aventure sentimentale entre plusieurs mondes, où la réalité se confronte aux rêves d’un adolescent qui vit son premier grand amour.

S 3-3Aux forges de Vulcain (partenariat) 176 pages, 20€