Roman

« Anna Karénine » de Léon Tolstoï

« Un classique est un livre que tout le monde veut avoir lu, mais que personne ne veut lire » disait Mark Twain. Sans doute est-ce pour cela que « Anna Karénine », que j’avais envie de lire, dont j’avais déjà vu une adaptation pour un film ou un téléfilm, a attendu aussi longtemps sur une étagère avant que je l’ouvre.

Je connaissais trois choses de ce roman :

1. son célèbre incipit «Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon »

2. le thème global du roman (l’amour adultère)

3. la fin tragique (attention je spoile : le suicide d’Anna sous un train)

Il est toujours délicat de chroniquer un classique, surtout quand on a un avis mitigé, mais après tout je ne suis pas en train d’écrire une thèse sur l’œuvre de Tolstoï mais juste de donner mon humble avis de lectrice de l’an 2021.

Tout d’abord, je dois dire que j’ai trouvé mon plaisir de lecture très inégal. Après un début plutôt enthousiasmant, je me suis ennuyée à plusieurs reprises. L’histoire qui m’a le plus intéressée, d’ailleurs, n’est pas tant celle d’Anna elle-même que du couple formé par Kitty et Lévine. Revenons un instant sur l’histoire et les personnages. Anna est mariée, mère d’un petit garçon, et tombe follement amoureuse de Vronski. Elle entame avec lui une relation adultère qui va faire d’elle une femme bannie des salons, infréquentable ; elle abandonne son honneur, et même la garde de son fils, pour vivre avec son amant. Mais la passion ne dure qu’un temps, et tandis qu’elle a tout sacrifié pour Vronski, elle le voit s’éloigner peu à peu.

En parallèle, on suit l’histoire de Kitty. Elle était éprise de Vronski, mais celui-ci lui a préféré Anna. Vivement blessée par ce revers sentimental, Kitty mettra du temps à se relever, et épousera finalement Lévine, homme riche mais attaché à sa terre et à ceux qui la travaillent.

Si le roman m’a semblé inégal dans le rythme, c’est parce qu’il alterne des scènes passionnantes, décrites avec une observation fine et un jugement nuancé (la mort du frère de Lévine, la dépression de Kitty, l’accouchement de Kitty, les réflexions de Lévine sur le travail paysan et son rôle en tant que propriétaire) et des passages longs voire larmoyants qui n’apportent pas grand-chose de plus qu’une illustration de l’ennui dans la bonne société. Les deux cents dernières pages (sur huit cents) m’ont paru particulièrement longues. Mais je reste contente de cette lecture, bien que je garderai sûrement plus le souvenir de Lévine et Kitty que d’Anna et Vronski.

S 2-3Folio classique

Cosy mystery·Policier

« Le Train bleu » de Agatha Christie

train bleuLire ou relire Agatha Christie est toujours un plaisir pour moi. J’ai lu quasiment toute l’œuvre de la « reine du crime », ce qui représente des dizaines et des dizaines de romans. J’ai une tendresse particulière pour Hercule Poirot – je trouve que les romans où il est présent sont les meilleurs.

C’est après avoir vu un reportage sur le mythique « Train bleu » que j’ai eu envie de ressortir ce roman de ma bibliothèque. Je ne me souvenais pas de l’histoire, je gardais un vague souvenir d’une histoire dans un train, comme un clin d’œil – ou un réchauffé – du « Crime de l’Orient-Express ». L’intrigue et la chute sont très différentes, mais ont pour point commun que le crime se déroule dans un célèbre train.

Dans le Train bleu voyagent ce jour-là de nombreux Anglais qui vont chercher le soleil de février sur la Riviera française. Parmi eux se trouve Ruth Kettering. Riche héritière, elle voyage seule avec sa femme de chambre. Elle est sur le point de divorcer de son mari infidèle ; et elle-même ne pense qu’à retrouver un homme qui l’avait séduite avant son mariage. Mais Ruth Kettering n’arrivera jamais vivante : elle est retrouvée morte dans son compartiment privatif du train. A-t-elle été tuée pour les bijoux précieux qu’elle transportait ? Ou pour ne pas avoir le temps de divorcer et de laisser son mari sans le sou ?

Hercule Poirot est appelé en renfort. Pour une fois (c’est assez rare!) j’ai noté quelques indices qui m’ont mise sur la voie. Et j’ai pris plaisir à suivre cette enquête et à retrouver les petites manies de mon détective préféré.

S 3-3Le Masque

Roman

« Sur la terre comme au ciel » de Christian Signol

sur la terreOn ne compte plus les romans qui abordent le sujet de l’amour maternel, mais rares sont ceux qui parlent de l’amour qu’un père ressent pour son fils. La première impression que j’ai eue en écoutant ce roman a été : un père qui parle ainsi de l’amour qu’il ressent pour son fils, c’est rare et c’est beau. Dès les premières minutes d’écoute, j’ai su que j’avais à portée d’oreilles un roman qui allait me toucher.

Ambroise est un vieil homme rongé par le chagrin. Depuis trois longues années, il n’a plus de nouvelles de son fils Vincent. S’il était mort, il le saurait, n’est-ce pas ? Et Ambroise en est convaincu : Vincent est vivant. Alors, pourquoi n’écrit-il plus, pourquoi laisse-t-il son père dans la solitude et l’inquiétude ?

Je n’irai pas plus loin dans le résumé, car vous en dévoiler plus nuirait au plaisir d’écoute. Mais on apprend assez vite pourquoi Vincent ne donne plus de nouvelles.

Tout le roman est écrit avec une grande sensibilité, bien retranscrite d’ailleurs par la lecture de Daniel Nicodème. J’ai beaucoup aimé l’ambiance du livre, les grands espaces, et le rapport des personnages à la nature. Il y a très peu de personnages d’ailleurs dans ce roman, ce qui accentue l’impression d’isolement au sein d’une nature immense. Ambroise, homme simple et droit, est une figure paternelle pleine d’amour. Le sujet de la parentalité, de l’éducation des enfants pour en faire des êtres libres, est très bien abordé dans ce roman : pas de cliché ni de théorie psy, juste les réflexions d’un père (et de la mère aujourd’hui décédée) qui voudrait ne jamais voir son enfant partir mais sait qu’il ne peut pas lutter contre. Ambroise est passionné par les oiseaux migrateurs, et toute une partie de la poésie de ce roman vient aussi des analogies avec les oiseaux, leurs migrations, leur vie au rythme sans fin des saisons qui passent.

C’est un beau texte, d’une sensibilité touchante, et une belle surprise aussi car je n’avais jamais lu ni écouté de roman de Christian Signol (bien que je le connaisse de nom, évidemment). Pour une première, c’est réussi.

S 3-3Audiolib, 4h30 d’écoute, 22,50€

Roman

« Doucement renaît le jour » de Delphine Giraud

doucementConnie est une jeune fleuriste passionnée par son métier. Trentenaire, célibataire, elle consacre son énergie à créer des bouquets pour toutes les occasions de la vie. Un banal incident survenu alors qu’elle faisait son jogging dominical l’empêche de dormir et lui fait pressentir qu’une pièce manque au puzzle de son passé.

Le roman commence très vite, sans tergiversation inutile : le père de Connie lui avoue sans la moindre hésitation un secret de famille : Connie a un frère, Mat, lourdement handicapé depuis un accident survenu dans son enfance.

C’est un peu brusque de voir un secret de plusieurs décennies révélé en réponse à une question anodine – mais au moins cela a le mérite de faire avancer très vite le début de l’histoire.

Sans larmoiement mais avec toute la sensibilité d’une fleuriste dont la fleur préférée est le coquelicot – fleur qui allie fragilité et robustesse – Connie va devoir apprivoiser son frère, appréhender le handicap, et se confronter à son passé. Les personnages secondaires, employés de la boutique et amis, forment une galerie sympathique et attachante.

S 2-3Fleuve éditions, 368 pages, 18,90€

Roman

« Rien ne t’efface » de Michel Bussi

rien ne t'efface« Je me suis encore fait avoir ! » Voilà ce que je me suis dit, avec un soupir et une grande jubilation, en découvrant la chute (on dit maintenant « le twist final ») du nouveau roman de Michel Bussi. Oui, je me suis fait avoir parce que j’avais imaginé une autre fin, je n’ai pas vu venir celle-ci, et je suis bien contente !

Après avoir emmené ses lecteurs aux îles Marquises dans son précédent roman (« Au soleil redouté »), Michel Bussi revient en France. Le roman commence à Saint-Jean-de-Luz où Maddi, médecin généraliste et mère célibataire, vit l’horreur le jour où son fils Esteban, dix ans, disparaît en allant chercher le pain.

Dix ans plus tard, Maddi est persuadée d’avoir retrouvé son fils. Il s’appelle Tom et vit en Auvergne. Problème, Tom n’a que dix ans, comme si l’enfant n’avait jamais grandi. Prête à tout pour retrouver son fils, Maddi quitte le pays basque et part s’installer en Auvergne – ce qui donnera au lecteur le plaisir de découvrir cette merveilleuse terre de volcans, à travers ses paysages et de savoureux personnages comme Nectaire, Savine ou Aster.

Les lecteurs qui connaissent bien les romans de Michel Bussi savent qu’il ne faut pas chercher de fin fantastique, et que chaque énigme aura une réponse réaliste et logique – c’est d’ailleurs tout à son honneur, car l’intrigue est plus compliquée à construire ainsi.

Figurant depuis plusieurs années dans le top des auteurs les plus lus en France, Michel Bussi mérite plus que jamais sa place dans le haut du classement.

S 3-3Presses de la cité, 21,90€

Roman

« Et que ne durent que les moments doux » de Virginie Grimaldi

et que ne durent« Je pense que c’est la pire chose que nous faisons en tant que femmes, ne pas partager la vérité sur nos corps, comment ils fonctionnent ou comment ils ne fonctionnent pas ». En refermant le livre de Virginie Grimaldi, c’est à cette citation de Michelle Obama que j’ai pensé. Car s’il y a une auteure qui parle bien des femmes, de leurs tourments, de leurs combats, de leur sensibilité, c’est bien Virginie Grimaldi. Elle a le talent d’écrire sur la vie des femmes et provoque chez la lectrice que je suis des émotions très fortes. Rares sont les livres qui sont capables de me faire littéralement rire (parce qu’il y a beaucoup d’humour, de gentils sarcasmes) et pleurer (face aux épreuves endurées par ses personnages), et celui-ci en fait partie.

Deux destins de femmes se croisent. Une jeune mère vient de mettre au monde une petite fille prématurée, et ne sait pas encore si l’enfant vivra. Le bébé est hospitalisé en néonatalogie, se nourrit par sonde gastrique.

L’autre personnage est une femme de cinquante ans. Divorcée, elle vit seule à Bordeaux depuis que ses enfants ont quitté le nid, l’une pour Londres, l’autre pour étudier à Paris. Elle est à un tournant de sa vie, où elle doit apprendre à vivre pour elle après avoir passé des décennies à gérer les préoccupations familiales.

Le lien entre les deux ne sera révélé qu’à la fin, même si je l’avais deviné aux deux tiers du livre.

Ce sont deux femmes fortes et fragiles, parfois dépassées par les événements de la vie, mais toujours combatives, pleines d’amour, et avec une incroyable capacité à rebondir. Véritable déclaration d’amour aux femmes, ce livre est un bijou d’humanisme. En version audio, il est lu avec beaucoup de nuance par Marcha Van Boven, qui module sa voix pour retranscrire passages légers et moments d’émotion.

S 3-3Audiolib, 6h d’écoute, 21€90

Policier

« Memory », d’Arnaud Delalande

memoryLe point commun entre Albert, Myriam, Jean-Baptiste, David, Jeff, Caroline et Michel ? Ils sont tous pensionnaires d’un hôpital privé dont une antenne, appelée « Memory » est dédiée aux patients qui ont perdu la mémoire immédiate. Tous les huit ont subi un accident ou un traumatisme à partir duquel leur mémoire s’est arrêtée.

Lorsque l’inspectrice Jeanne Ricoeur arrive sur place, c’est pour enquêter sur la mort par pendaison d’un autre pensionnaire. La particularité est que les huit ont assisté à la pendaison, dans une pièce fermée, mais qu’aucun d’eux ne s’en souvient.

Jeanne est en plein deuil, elle vient de perdre son père adoptif, et la question de la mémoire la taraude car elle pense beaucoup à ses parents biologiques.

Le point de départ de l’histoire est bien trouvé, et utilise des codes (le huis-clos, la demeure perdue dans les montagnes enneigées) qui ont fait leurs preuves et sont des valeurs sûres. Le thème de la mémoire est particulièrement intéressant, et oblige le lecteur à s’interroger sur son propre rapport au temps et aux souvenirs – passons sur quelques paragraphes à vertu pédagogique dont le contenu aurait pu être amené différemment à mon avis.

J’ai lu l’ensemble du roman très vite ; même si le suspense n’est pas insoutenable, le texte donne envie d’enchaîner chapitre après chapitre. Je n’avais pas vu venir la résolution – mais j’avais imaginé des pistes plus tordues à vrai dire ! La solution arrive un peu trop tôt, donc les cinquante dernières pages n’apportent rien au récit.

A part ça le décor (Annecy, le lac, les montagnes, la neige,…) est idéal pour l’ambiance et assure un vrai dépaysement pendant la lecture.

S 2-3Cherche Midi, 320 pages, 18€

Cosy mystery·Policier

« Le mystère de la clef » de Patricia Wentworth

mystère clefJe trouve assez amusant de me dire que, près de 80 ans après leur parution, il aura fallu attendre le confinement de 2020 pour que je découvre les enquêtes de Miss Silver, et en version numérique en plus !

J’en suis maintenant à ma huitième lecture de la série. Comme d’habitude, Miss Silver n’interviendra qu’à partir de la moitié du roman. Avant cela, l’histoire s’ouvre dans un petit village, où un chercheur a été retrouvé mort après avoir fait « la » découverte scientifique de sa vie. Si tout laisse à penser qu’il s’est suicidé dans l’église du village, ceux qui le connaissaient bien ne peuvent se résoudre à admettre que ce soit un suicide. Mais qui aurait eu intérêt à le tuer ?

Comme toujours le lecteur va plonger dans les méandres d’un village où tout le monde paraît hors de soupçon, mais où beaucoup de gens ont finalement quelque chose à cacher. Il faudra toute la perspicacité de Miss Silver, doublée de sa capacité à faire parler les autres, pour faire progresser l’enquête.

Si le début de l’enquête est peu embrouillé, avec beaucoup de personnage, l’intrigue se resserre après le premier tiers du livre ; les suspects se multiplient, avant d’être innocentés les uns après les autres jusqu’à la résolution finale. Bref, je me suis fait avoir, et j’avais finalement beaucoup de mal à laisser ce livre de côté avant de l’avoir terminé ! Il y a aussi en toile de fond l’Histoire européenne et la montée du nazisme, ce qui donne à ce livre une profondeur particulière et enlève un peu de légèreté à ce cosy mystery bien mené.

S 3-312/21, 8,99€

Roman

« Les vœux secrets des sœurs McBride » de Sarah Morgan

voeux secretsHannah, Beth et Posy ont perdu leurs parents dans une avalanche. Elles ont été recueillies et élevées par Suzanne et Stewart, qui se sont efforcés de construire pour elles un cocon familial sécurisant et bienveillant.

Devenues adultes, Hannah est aujourd’hui une brillante femme d’affaires ; Beth a mis de côté sa carrière pour élever ses deux filles ; quant à Posy, elle est restée près de ses parents adoptifs dans les Highlands écossais, où elle est sauveteur en montagne.

Les fêtes de Noël sont un moment particulier dans leur histoire familiale, à la fois date anniversaire de la disparition de leurs parents, et retrouvailles familiales savamment orchestrées par Suzanne. Mais cette année, chacune des trois filles est en plein tournant existentiel : Hannah, qui n’a toujours vécu que pour son travail, découvre qu’elle est enceinte ; Beth est en plein burn-out familial et rêve de reprendre sa vie professionnelle avec son ancienne patronne tyrannique ; et Posy l’indépendante est en train de tomber amoureuse.

Sous une jolie couverture pailletée se cache en fait un roman aux personnages bien croqués, trois femmes de notre époque, chacune avec ses tracas et des questionnements. Impossible de ne pas se reconnaître dans une d’entre elle, voire un peu dans les trois. Vie professionnelle, charge mentale, pression familiale sur la maternité ou le mariage, volonté de ne pas décevoir ses parents.. beaucoup de sujets sont abordés dans ce roman qui alterne réflexions sur les femmes d’aujourd’hui et moments plus légers. La fin aurait méritée d’être un peu resserrée à mon avis, mais le roman se lit avec plaisir. Le petit plus : pour l’ambiance, je vous conseille le plaid et un chocolat chaud à portée de main, les descriptions des Highlands enneigés ne vous en paraîtront que plus agréables.

S 3-3Harper&Collins

Cosy mystery·Policier

« La première enquête d’Agatha » de M.C. Beaton

La-Premiere-Enquete-d-AgathaLes amateurs de la série des Agatha Raisin apprécieront la lecture de cette courte nouvelle retraçant les premiers pas professionnels de la jeune Agatha. Tout juste sortie de sa banlieue, loin d’une famille alcoolique et d’un premier mari violent, elle n’a qu’une envie : réussir. Son rêve ultime, vous le connaissez déjà, est d’acquérir un jour une maison dans les Cotswolds. C’est en acceptant une tâche ingrate dans l’agence de communication où elle travaille qu’elle rencontre un homme dont elle va défendre l’image, et qui va la récompenser en l’aidant à monter sa propre agence.

On y lira furtivement la première apparition de Roy, mais bien sûr tous les autres personnages emblématiques n’ont pas encore fait leur apparition. Je ne suis pas sûre que la nouvelle séduira ceux qui n’ont jamais lu une « vraie » aventure d’Agatha, mais les autres seront contents de retrouver une jeune Agatha le temps de quelques pages.

S 3-3Albin Michel, ebook gratuit