BD

« Le grand méchant renard» de Benjamin Renner

grand méchant renardIl suffit de regarder le dessin de la couverture pour se rendre compte que le renard n’a rien (mais vraiment rien) de méchant. Il a essayé bien des fois de croquer une poule de la ferme voisine ; mais il ne fait peur à personne, et faute de poule il doit se contenter de manger des navets…

Le grand méchant loup (qui, lui, est vraiment méchant) lui suggère de s’attaquer à des proies plus faciles que les poules : leurs œufs. Sauf que les œufs, une fois volés, se transforment en poussins. Le grand sentimental de renard n’a alors plus à coeur de croquer ces petits auxquels il s’est attaché…

Les histoires où des personnages de la littérature enfantine traditionnelle sont utilisés à contre-emploi fonctionnent souvent bien, et c’est encore le cas ici. Ce renard dont les « graouaous » ne font même pas peur aux oiseaux est irrésistible de drôlerie et de tendresse. Il est de mauvaise fois, un peu couard, un peu poissard, et on s’attache à lui autant qu’il s’attache à ses poussins adoptifs. Les dessins sont expressifs et suffisent parfois à faire rire le lecteur. J’ai beaucoup ri à la lecture de cette BD qui peut séduire aussi bien les enfants que leurs parents. Une réussite ! J’espère qu’il y aura une suite !

S 3-3Ed Delcourt / Shampooing, 189 pages, 16,95€

Une réflexion au sujet de « « Le grand méchant renard» de Benjamin Renner »

  1. J’ai moi aussi adoré cette BD.
    Je l’ai feuilletée, j’ai rigolé, j’ai acheté.

    Après l’avoir lue tranquillement à la maison, je n’ai pas regretté !
    Il est rare que je rie devant une BD et celle-ci y arrive aisément : les mimiques des personnages sont désopilantes et l’histoire mignonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *