Roman

« La Nuit d’après» de Yves Viollier

nuit aprèsJoseph est mort, et la nuit qui suit son enterrement, sa veuve Eglantine se souvient…

Soixante-dix ans de mariage, une vie faite de travail, et des enfants en héritage. Une longue vie, mais « une longue vie, c’est encore trop court ». Joseph et Eglantine se sont aimés, se sont soutenus, ont fait des projets ensemble : lui est devenu tonnelier puis ébéniste ; elle mère de cinq enfants et à la tête d’une épicerie. La vie n’a pas toujours été rose, mais l’amour a toujours été présent entre eux.

Ce roman plein de tendresse est une ode à la vie, et une jolie leçon d’humanité. Ces deux personnes humbles et travailleuses n’ont pas été épargnées, ont vécu des drames, mais ont suivi leur ligne de vie, avec droiture et justesse. Dans notre époque où un mariage sur trois s’achève par un divorce, je ne sais pas si l’avenir comptera encore beaucoup de couples comme celui-là, mais c’est à espérer !

Plusieurs fois ce texte m’a noué la gorge et mis les larmes au bord des cils, preuve que ce roman vrai et simple porte des messages profonds.

S 3-3Presses de la cité, 272 pages, 19€

Essai / Document

« Inventions expliquées » de Nicole Masson et Yann Caudal

inventionsDerrière le terme « d’inventions » se cache une multitude de nouveautés, innovations, ou idées, qui font désormais notre quotidien. Des dizaines d’entre elles sont répertoriées dans cet ouvrage, du baccalauréat au fer à repasser, du mp3 au camembert, de la clémentine à la brosse à dents.

L’ouvrage est sympathique et se parcourt avec plaisir, même si beaucoup d’explications sont déjà très connues du grand public : biscotte qui vient comme biscuit de « cuit deux fois », l’histoire comte Sandwich et celle du préfet Poubelle etc. Rien de très original pour un adulte, par contre je trouve que ce livre est une bonne idée de cadeaux pour de plus jeunes lecteurs, des enfants de dix-douze ans un peu curieux qui seront ravis de piocher des anecdotes dans ce livre.

S 2-3Chêne, 240 pages, 14,90€

Policier·Roman

« Sang famille » de Michel Bussi

sang familleQue l’on ne s’y trompe pas : bien que ce roman soit une réédition (revue) d’un livre sorti en 2009, on y retrouve bien tous les codes que les lecteurs qui aiment les romans de Michel Bussi (c’est mon cas) attendent.

Colin est en vacances sur l’île de Mornesey. Elevé par son oncle et sa tante, il aimerait en savoir plus sur son père, jeune archéologue mort quand Colin était petit. Mais l’île est agitée suite à l’évasion de deux prisonniers lors de leur transfert. Et Mornesey, dont l’histoire est fortement liée au bagne, aux trafics, et à l’illégalité, n’a pas fini de livrer ses secrets et de malmener les recherches de Colin.

Le roman est bien fait, efficace, et comme toujours avec Michel Bussi je n’avais qu’une envie : lire la page suivante, puis le chapitre suivant… J’ai même eu du mal à lâcher le livre le soir où il ne me restait plus que soixante pages à lire ! Quoique un peu moins surprenant que d’autres romans du même auteur (je continue de conseiller toujours « Nymphéas noirs » par exemple), celui-ci en conserve des thèmes chers à l’auteur : la mémoire, la famille, les secrets… Tous les ingrédients d’un roman policier que l’on a envie de lire l’été sont présents : une île (imaginaire) avec ses souterrains, son phare, son histoire ; des secrets de famille ; des adolescents en vacances, etc. A prendre dans vos valises pour vos prochaines vacances… ou à lire dès maintenant pour se dépayser.

S 2-3Presses de la cité, 420 pages, 21,90€

Essai / Document

« La littérature française en 100 romans » de Yves Stalloni

100 romansOn ne compte plus les anthologies et les recueils qui réunissent des résumés des meilleurs ouvrages de la littérature française. Difficile de faire une proposition novatrice dans ce contexte ! Mais l’ouvrage d’Yves Stalloni est plutôt bien réalisé. Dès l’avant-propos, l’auteur en fixe le cadre et l’objectif : « avant tout faire lire, donner envie de partir à la rencontre des maîtres de la fiction, de revenir à sa bibliothèque ou à celle de son voisin ou de sa commune, inviter à dépoussiérer les romans imposés par le collège et le lycée […] ». Il cite aussi Proust : « La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c’est la littérature. »

Ensuite commence une liste de cent romans, classés par ordre chronologique, auxquels sont consacrées une ou deux pages. Raconter « Les Misérables » d’Hugo, son contexte et son engagement en une seule page, je dois dire que c’est assez surprenant ! Pourvu que cela suffise à donner envie à ceux qui ne l’on pas lu de découvrir ce monument de la littérature…

Petite originalité, des extraits de manuscrits et quelques jolis dessins parsèment le livre. Ils sont plutôt bienvenus pour éviter la monotonie, mais j’aurais aimé en voir davantage, histoire d’entrer différemment en contact avec certains impressionnants romans de notre belle littérature française.

S 2-3Chêne, 256 pages, 14,90€

Policier

« L’inconnu du pont Notre-Dame » de Jean-François Parot

inconnu pontDans les derniers tomes de la série des « Nicolas Le Floch », dont « L’inconnu du pont Notre-Dame » est le treizième volume, j’étais restée un peu décontenancée par ma lecture, et à vrai dire assez hésitante à poursuivre sur les tomes suivants. J’ai lu toute la série, et me suis attachée aux personnages, Nicolas le justicier séducteur, noble mais ami des plus humbles ; Bourdeau son fidèle lieutenant, avec qui il partage l’amour de la justice et de la bonne chère ; sans oublier Sartine et ses perruques, Noblecourt et sa goutte…

J’avais trouvé les derniers tomes particulièrement complexes, avec beaucoup de personnages et des intrigues si entremêlées qu’à la fin de ma lecture je n’étais pas sûre d’avoir tout compris, ce qui gâchait fortement mon plaisir de lectrice.

J’ai heureusement retrouvé dans ce roman une intrigue plus digeste, plus facile à suivre (même si les intrigues de cour reprennent le dessus à la fin du roman et redonnent de la complexité au dénouement). J’ai eu plaisir à retrouver les personnages et les « codes » de la série. Nicolas Le Floch est désormais en âge de marier son fils Louis ; Bourdeau continue à suivre les prémices de la Révolution françaises ; Noblecourt est vieillissant mais toujours bienveillant ; et Sartine toujours sournois et manipulateur.

Au-delà de l’intrigue, des révélations seront faites sur le passé de Nicolas, et la monarchie, toujours plus affaiblie, laisse entrevoir de prochains tomes encore pleins de rebondissements historiques…

S 3-310/18

Roman

« Couleurs de l’incendie » de Pierre Lemaitre

De Pierre Lemaitre, j’avais déjà lu plusieurs polars, et le désormais incontournable « Au-revoir là haut », couronné par le Prix Goncourt en 2013. « Couleurs de l’incendie » se veut une suite, et la deuxième partie d’une trilogie annoncée. Mais n’ayez crainte si vous n’avez pas lu le premier, celui-ci peut se lire totalement indépendamment. Se lire… ou… Lire la suite « Couleurs de l’incendie » de Pierre Lemaitre

C'est mercredi, on lit avec les petits !

« Bennett et sa cabane » de Anthony Buckeridge

bennett cabaneLa lecture de la série des « Bennett » est un souvenir d’enfance et fait partie de mes madeleines de Proust littéraires, au même titre que « Le Club des cinq » ou, un peu plus tard, de mon premier Agatha Christie, déniché par hasard un après-midi d’ennui.

J’ai longtemps cherché à relire les « Bennett », édités à l’époque dans la « Bibliothèque verte » ; mais si la « Bibliothèque rose » publie encore « Le club des cinq » ou « Fantômette », le petit Bennett a disparu de la collection verte. J’ai fini par découvrir que Le Livre de poche jeunesse a réédité les deux premiers titres de la série il y a quelques années (merci à eux !!).

Ainsi me voilà relisant l’histoire de Bennett et de son ami Mortimer, tous deux pensionnaires d’un collège anglais du milieu du vingtième siècle. Les deux garçons, pas méchants pour deux sous, ont la fâcheuse habitude de se mettre dans des situations (gentiment) délicates. Et par leur incapacité à expliquer leurs erreurs, ils enveniment toujours les situations.

Bien sûr si vous avez plus de quatorze ans et que vous ne les aviez pas lus dans votre jeunesse, il n’est plus vraiment temps de les lire (enfin, après tout, si ça vous chante, c’est une gentille lecture réconfortante). En revanche, je ne peux que vous encourager à les faire découvrir aux jeunes lecteurs de votre entourage, garçons ou filles. Ils y découvriront le charme désuet de ces textes où les enfants guettaient un mandant pour toucher leur argent de poche, et où les directeurs d’école ne savaient pas taper à la machine…

S 3-3Le livre de poche jeunesse, 5,90€

Policier

« Sauf » de Hervé Commère

saufMat est brocanteur. Il est marié, et après une adolescence tumultueuse, il est devenu un homme rangé. Mais il garde en lui une blessure jamais cicatrisée : il a perdu ses parents très jeunes, morts dans l’incendie de leur maison alors qu’il était en colonie de vacances.

Mais voilà qu’une série d’événements vient bousculer les certitudes de Mat sur les conditions du décès de ses parents. Un album photo est déposé dans son magasin ; une femme mystérieuse semble vouloir remuer le passé. Que s’est-il vraiment passé il y a plusieurs décennies ?

Dans ce polar vraiment très efficace, l’auteur sème les indices, entraîne le lecteur dans une course haletante vers la vérité, le tout à un rythme si bien mené qu’il est difficile de poser le livre avant de l’avoir terminé. Chaque chapitre s’achève par un rebondissement, alors forcément la lecture se poursuit aussitôt sur le chapitre suivant, et ainsi de suite…

Les fausses pistes sont nombreuses, les rebondissements aussi, et la vérité quasi impossible à deviner avant la fin. C’est habile, rythmé, et le roman m’a fait passer un moment de lecture comme j’aime en avoir quand j’ai un polar entre les mains.

S 3-3Fleuve éditions, 18,90€

Essai / Document

« Les bouées jaunes » de Serge Toubiana

bouéesL’auteur est veuf, depuis que la maladie a emporté sa compagne Emmanuèle, trop jeune, trop tôt. Ce texte est à la fois un témoignage mêlant les souvenirs communs et « la vie d’après ». C’est une déclaration d’amour, même les défauts de la femme aimée deviennent des qualités dans cet éloge funèbre très sentimental.

Bien sûr le texte est empreint d’émotion, et le lecteur ne peut qu’être attendri face au portrait plus qu’élogieux fait par ce veuf. Sans doute beaucoup de femmes aimeraient que leur compagnon parlent ainsi d’elles après leur décès ! Il y a aussi des passages très tendres, comme les citations de Delphine Horvilleur, femme rabbin qui utilise la « tradition mystique juive » pour réconforter Emmanuèle. Le texte est émouvant mais sans être triste, car au-delà du récit de la fin de vie, il y a une volonté de témoigner de la personnalité d’une femme et d’en laisser une trace parmi les vivants.

Mais le défaut de ce texte est qu’à force d’être intime, il en devient trop personnel ; il fait appel à des références personnelles qui ne sont pas celles du lecteur (en tout cas, pas les miennes). Ainsi je ne connaissais quasiment aucun des noms de leurs nombreux amis, cités à de multiples reprises, dont on comprend qu’ils gravitent essentiellement dans le milieu des arts et de la culture, celui du cinéma et de la littérature en particulier. Par exemple, citer le nom de toutes les personnes qui ont rendu visite à Emmanuèle à la fin de sa vie. Je comprends que cette liste peut être importante pour celui qui a écrit le texte, peut-être pour leur famille et leurs amis, mais je n’ai pas saisi l’intérêt pour le lecteur.

S 2-3Stock

Essai / Document

« Miracle morning » de Hal Elrod

miracle morningAu cours des derniers mois, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de discuter avec des personnes dites « morningophiles », c’est-à-dire adeptes d’un réveil très matinal pour avoir le temps de profiter d’une activité – souvent le sport en l’occurrence. Se lever plus tôt pour mieux profiter de sa journée ? Pourquoi pas ! J’étais donc très curieuse de découvrir l’ouvrage initial qui a lancé cette « tendance ».

Le début explique bien le principe de cette méthode, et ses fondements. Pourquoi attendre le soir, sa fin de journée, pour s’adonner à une passion ou un loisir qui nous tient à coeur ? Il faut en faire le point de départ de nos journées, l’impulsion qui va donner du sens aux heures suivantes.

Jusque là, c’est plutôt intéressant, et finalement empreint de bon sens (et à contre-courant de ce que je fais ).

Ensuite l’ouvrage dérive vers du développement personnel plus classique, et devient moins pertinent. L’auteur nous explique comment sortir de notre « médiocrité » (si vous aviez un petit moral en débutant l’écoute de ce livre, le fait d’entendre des dizaines de fois que vous vivez dans la médiocrité ne va pas vous réconforter!). L’auteur égraine des généralités sans jamais les justifier sur la base d’études ou de raisonnements scientifiques, juste sur la base de son « expérience ».

Si l’idée de départ m’avait séduite, j’ai fini par ne pas savoir faire la part des choses entre idées novatrices et théories à l’emporte-pièce.

S 1-3Audiolib, lu par Bernard Gabay, traduit par Christophe Billon