Cosy mystery·Policier

« Les sœurs Mitford enquêtent (tome 2) : Le gang de la Tamise » de Jessica Fellowes

mitford2Aussitôt fini le premier tome de cette série, j’ai commencé la lecture du second. On retrouve les personnages du premier (les sœurs Mitford bien sûr, mais aussi Louisa – le vrai personnage central de la série – et Guy le policier) ainsi que l’écriture très rythmée. L’histoire en revanche met plus de temps à démarrer. Les personnages sont plus nombreux et les détails de l’intrigue moins simples.

Au début de ce roman, Nancy (qui était très présente dans le premier tome) est quasiment une adulte. Autour d’elle gravite une bande d’amis plus ou moins fréquentables. Elle les a conviés à une chasse au trésor dans le domaine familial. Mais l’événement tourne au drame lorsque l’un des invités est retrouvé mort, assassiné.

Louisa, qui est depuis le premier tome un personnage ambivalent, ancienne voleuse, désormais au service d’une famille respectable, est plus que jamais tiraillée entre son passé et sa vie désormais rangée. Admirative de la bande des « Quarante Voleuses » et en particulier de leur charismatique chef Alice Diamond, elle est mêlée de près à cet assassinat, car c’est sans doute elle qui a introduit le meurtrier dans la maison – c’est du moins ce que ses patrons penseront.

Le duo formé par Louisa et Guy n’est pas encore complètement installé : dans toute la première partie du livre, Louisa enquête seule, tandis que Guy est sur une autre mission (avec une jolie collègue qui va faire de l’ombre à Louisa, d’ailleurs). Je me demande comment va évoluer leur duo.

Les références à Agatha Christie sont multiples – elle est d’ailleurs explicitement citées, et les domestiques de la maison lisent avec enthousiasme ses romans. La multiplicité des personnages, le huis-clos final, sont autant de clins d’oeil appuyés à la maîtresse du genre.

J’ai un peu moins aimé ce tome que le précédent, mais cela reste un roman agréable à lire. Le troisième tome de la série existe déjà en poche, il ne devrait pas tarder à rejoindre ma pile à lire…

S 2-3Le Livre de poche, 475 pages, 8,40€

Cosy mystery·Policier

« Les sœurs Mitford enquêtent (t1) – L’assassin du train » de Jessica Fellowes

9782253259909-001-TLe roman s’ouvre avec un préambule pour présenter au lecteur les sœurs Mitford, six sœurs qui ont vécu au 20e siècle et ont eu des destins incroyables – mais pas toujours glorieux. Ce premier tome de la série est centré sur l’aînée de la famille, Nancy. Est-ce que chaque tome de la série mettra en avant l’une des sœurs ? Quand on lit dans le préambule ce qu’elles sont devenues adultes, cela n’annonce pas toujours des héroïnes sympathiques !

En 1919, Nancy est une adolescente qui n’a pas encore fait son entrée dans le monde, mais qui ne rêve que de bal et d’aventures. La nouvelle bonne chargée de s’occuper des enfants est Louisa. Elle est entrée au service de la famille Mitford pour fuir son oncle qui voulait la prostituer. Sur le trajet, elle a fait la connaissance de Guy, un gentil policier ferroviaire, qui s’est mis en tête d’enquêter en solitaire sur le meurtre d’une infirmière de guerre dans un train.

Je n’ai pas vu passer les 500 pages de ce roman très bien mené. Il y a beaucoup de rythme dans l’écriture, du suspense, des fausses pistes… Les personnages sont bien constitués, ni anges ni démons, ils ont chacun des faiblesses. D’ailleurs la biographie des sœurs Mitford prouve que l’auteure n’a pas choisi des personnages très simples comme héroïnes de sa série de roman ! Pour un premier tome, il est réussi, je vais m’empresser de commencer le deuxième !

S 3-3Le Livre de poche, 544 pages, 8,70€

Policier

« Superstitions » de Ellison Cooper

9782749157733ORIJ’ai déjà chroniqué sur ce blog les deux premières aventures de Sayer Alter (« Rituels » et « Sacrifices »). Elle est agent spécial du FBI, spécialiste des psychopathes. C’est donc avec un a priori très positif que j’ai démarré la lecture de ce roman, et je l’ai dévoré jusqu’à la dernière ligne et son ultime rebondissement.

Sayer est toujours au FBI, cette fois-ci en mission pour élucider la disparition d’un car d’étudiants. Les garçons ont été retrouvés morts ; qu’est-il arrivé aux filles ?

Comme dans les deux précédents romans, l’intrigue est menée tambour battant, créant l’urgence de lire le chapitre suivant et semant de multiples pistes et rebondissements vraiment bien construits. A la moitié du livre, l’intrigue semble résolue ; évidemment on se doute que ce n’est pas possible, et voilà l’intrigue relancée dans la seconde partie du roman.

J’ai trouvé le roman moins glauque que les deux premiers (toutes proportions gardées), en tout cas avec moins de détails insoutenables à la lecture – je me souviens dans les précédentes lectures avoir eu besoin de temps de pause pour digérer.

Des références à l’Egypte antique, en fil rouge du roman, apportent une petite dose d’énigme et d’Histoire. Il y en aurait eu un peu plus, cela ne m’aurait pas dérangée.

Je ne peux pas vous révéler certains événements, mais quelques révélations sur les personnages étaient un peu attendues. L’auteure manie avec talent la dissémination de pistes, d’indices, de petits faits dont les lecteurs paranos peuvent s’emparer avec délectation et imaginer des « et si » « et si » à l’infini… certains se réalisant vraiment, d’autres étant des bouteilles à la mer que l’auteure saura (j’en suis sûre!) repêcher dans les prochains opus.

S 3-3Cherche Midi, 448 pages, 21€

Cosy mystery·Policier

« Agatha Raisin enquête (tome 26) : Secrets sur canapé » de M.C. Beaton

9782226444257-jJ’ai lu ce 26e tome juste après le 25. Parfois j’aime faire une pause entre deux tomes, parfois j’enchaîne les lectures. Cela dépend de mon humeur de lectrice. Je n’avais pas envie de quitter Agatha trop longtemps.

Le canapé du titre est en fait un divan. Car une psychothérapeute s’est installée à Carsely et compte bien ruiner la réputation d’Agatha. Lorsque cette psy est retrouvée morte, les suspects ne manquent pas, car elle avait accumulé beaucoup de secrets sur ses clients, qu’elle faisait chanté.

Ce n’est pas l’intrigue la plus intéressante de la série, il y a beaucoup de personnages mais pas vraiment de fil rouge avec des rebondissements (sauf dans l’épilogue à ne pas manquer !!). Les innombrables revirements sentimentaux d’Agatha sont un peu lassants dans ce tome, tant elle pense au mariage dès qu’elle rencontre un membre de la gente masculine – c’est un peu fatigant et cela n’apporte rien, si ce n’est montrer le désespoir sentimental d’Agatha – mais pour ça, c’est bon, on avait compris.

Heureusement, comme je le disais plus haut, l’épilogue laisse présager encore des aventures intéressantes.

S 2-3Albin Michel, 14€

Cosy mystery·Policier

« Agatha Raisin enquête (tome 25) : Au théâtre ce soir » de MC Beaton

9782226444219-jJ’ai commencé ce tome. Je l’ai reposé (j’avais un autre roman sur ma PAL qui me faisait de l’oeil). Je l’ai repris plus tard. Je l’ai lu en entier.

Ce n’est pas le meilleur de la série, mais il se lisait bien quand même. Ce roman-là fait partie de ceux qui sont un peu glauques. Tiens, je n’ai pas souvent évoqué cet aspect des Agatha Raisin, mais certains ont des passages qui s’éloignent du pur cosy. « Du lard ou du cochon » en est un bon exemple.

Le décor de l’intrigue change un peu des précédents : Agatha assiste à une représentation de théâtre amateur avec son amie Mrs Bloxby, la femme du pasteur. La soirée aurait pu juste être une soirée ennuyeuse, mais elle tourne au drame avec la mort de l’un des comédiens. Une fois passée la petite nouveauté du décor, le reste de l’histoire est très classique. Agatha est infernale, agaçante même, elle passe tout le roman à chercher un mari, et jette son dévolu sur chaque nouveau personnage masculin.

Je pensais qu’il restait très peu de tomes dans la série, mais je découvre qu’un nouveau tome est sorti (mais pas encore en France) en 2021, alors que l’auteure est décédée en 2019. A croire qu’il y avait encore des romans cachés dans les tiroirs des éditeurs. C’est une bonne nouvelle.

S 3-3Albin Michel, 324 pages, 14€

Cosy mystery·Policier

« Cinq petits cochons » de Agatha Christie

cinq petitsJ’ai lu Agatha Christie.

J’ai vu des séries adaptées d’Agatha Christie.

Des films aussi.

Mais redécouvrir certains romans en version audio est encore une autre expérience, très plaisante aussi.

« Cinq petits cochons » est un roman pur jus de la Reine du crime, il contient toutes les clés qui ont fait le succès de ses romans : une intrigue plutôt cérébrale que pleine d’actions, une comptine en fil rouge de l’histoire, un Hercule Poirot au summum de son art. Ajoutez à cela, pour la version audio, la lecture de Samuel Labarthe, ancien pensionnaire à la Comédie française et accessoirement acteur d’une série télé inspirée des romans d’Agatha Christie, et le cocktail est très réussi.

L’histoire pourtant, est plus que classique, et assez lente. Une femme, emprisonnée après l’empoisonnement de son mari, laisse après sa mort une lettre à sa fille : elle lui affirme qu’elle était innocente. Bien déterminée à réhabiliter sa mère, la fille fait appel à Hercule Poirot. Celui-ci interroge les enquêteurs de l’époque, ainsi que les cinq témoins (les fameux cinq petits cochons du titre). Le roman est donc une succession de récits unitaires, chacun apportant son témoignage et son avis sur ce qu’il s’est passé seize ans plus tôt (coupable ? pas coupable ? Le lecteur peut changer d’avis à chaque chapitre). Le final, avec les déductions du détective belge est très réussi et permet de remettre chaque pièce du puzzle à sa place.

On découvre aussi un Hercule Poirot assez étonnant, amateur d’art comme on ne l’a jamais vu, et distillant quelques réflexions bien trouvées et parfois inattendues.

S 3-3Audiolib, lu par Samuel Labarthe, 7h d’écoute, 19€ pour la version CD

Policier

« Le Pont du diable » de Pierre Pouchairet

n07-le-pont-du-diableJ’ai découvert cette série des « Trois Brestoises » avec « Vie et mort d’une légende bigoudène », que j’avais adoré. J’ai donc retrouvé avec plaisir Léanne, commandant à la PJ, et ses deux amies, Elodie la légiste et Vanessa la psychologue – toutes deux davantage présentes d’ailleurs que dans le précédent tome.

Ce qui m’a plu, c’est l’écriture très rythmée, sans temps mort. Dès les premières pages, pas besoin de planter le décor, on est tout de suite plongé dans l’histoire. C’est très efficace et accrocheur !

Cette fois-ci Léanne est sollicitée pour enquêter après le mort de trente trois migrants, retrouvés morts dans un camion. C’est un spectacle particulièrement glauque qui attend l’équipe de la PJ, pourtant habituée à toutes sortes d’horreur. Seul un garçon a réussi à s’échapper, et Léanne va le prendre sous son aile.

Le roman s’inscrit complètement dans son époque, avec un sujet d’actualité et des références nombreuses qui parlent au lecteur. Entre Irlande et Afghanistan, trafic de drogue et trafic d’humains, Léanne a du pain sur la planche.

Heureusement il y a aussi des petites pauses dans le récit, Léanne est sous le charme d’un collègue, les copines sont là pour discuter ou faire des concerts…

J’ai un peu moins aimé l’histoire que celle de « Vie et mort d’une légende bigoudène », et la multitude des sigles ou acronymes (censés j’imagine accentuer le réalisme du récit) est un peu lourde par moment (OCRIEST, OFAST,DCI, BRI, GIR, DGSI, DGSE… j’en ai dénombré une petite vingtaine).

Cette série reste très agréable, je lirai les prochains tomes avec plaisir.

S 2-3Palémon éditions, 432 pages, 10€

Cosy mystery·Policier

« Manoir, magouilles et coq au vin » de Ann Granger

9782264076359ORIJ’ai déjà lu des romans de Ann Granger, mais celui-ci est d’une autre série. Ce n’est pas le titre qui m’avait plu, mais le résumé.

Dans ce roman, l’histoire se déroule de nos jours. Le vieux Monty habite seul à la Balaclava House, la demeure acquise par sa famille dans les fastes années de sa réussite industrielle, aujourd’hui en ruines. Monty est un vieux râleur, sauvage. Mais quand il découvre un cadavre un jour en rentrant de sa promenade quotidienne, tous ceux qui le connaissent s’accordent à dire qu’il ne peut pas être le coupable. Mais qui est cet homme sur le canapé ? Et pourquoi son meurtrier a-t-il déposé son corps dans la vieille demeure de Monty ?

J’ai beaucoup aimé l’ambiance du roman, autour de cette vieille demeure pleine de mystère, où la poussière côtoie les vitraux, et où le charme de lieu l’emporte sur son état de délabrement.

Le personnage central du roman pourrait d’ailleurs être la maison elle-même ! En tout cas pour une fois il n’y a pas de personnage enquêteur à la forte personnalité, dont les mésaventures prennent le pas sur l’enquête. Certes l’inspectrice Jess Campbell est assez sympathique, mais on ne connaît pas grand-chose d’elle – j’ignore d’ailleurs si elle est un personnage récurrent sur plusieurs romans. Cela laisse davantage de place à l’enquête. Bien que la demeure de Monty soit assez isolée, les suspects ne manquent pas. La fin du roman (après résolution de l’intrigue) est un peu longue, même si elle s’achève sur un ultime (petit) rebondissement.

J’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans l’histoire de la famille de Monty (même si l’arbre généalogique était un peu compliqué parfois!) et surtout à chercher de percer le mystère de cette vieille maison pleine de secrets.

S 3-3Ed 10/18, 360 pages, 13,90€

Cosy mystery·Policier

« Meurtres et tarte au citron meringuée » (tome 4) de Joanne Fluke

9782749168265ORIJe lis beaucoup de cosy mysteries, j’ai commencé un certain nombre de séries, et ce qui est plutôt bon signe, c’est quand j’attends avec impatience de démarrer la lecture d’un nouveau tome. Je viens de lire le tome 3 il y a peu de temps, et le tome 4 m’attendait. J’avais très envie d’en démarrer la lecture, mais je me suis dit « allez, j’attends un peu, je le garde de côté, je vais lire un autre roman entre les deux ». Sauf que je n’ai pas réussi à commencer ledit roman, et que j’ai vite sorti « Meurtres et tarte au citron meringuée » de la pile où il m’attendait.

Changement de saison par rapport au tome 3 : cette fois-ci il fait chaud à Lake Eden, et la petite ville prépare les festivités du 4 juillet, la fête nationale aux Etats-Unis. Hannah navigue toujours en eaux troubles dans ses amours, tiraillée entre Mike et Norman. Sa sœur est enceinte de son deuxième enfant. Sa mère s’investit à 100 % dans son magasin de décoration.

Norman a décidé d’acheter une maison, mais l’ancienne propriétaire est retrouvée morte dans la cave. Cette fois-ci ce n’est pas Hannah qui découvre le corps, mais sa mère. Et si Hannah voulait rester à l’écart de l’enquête, c’est raté, car tout le monde la supplie de mener ses propres investigations – même Mike a décidé de fermer les yeux !

Comme dans le tome précédent, j’ai eu assez vite des soupçons sur certains personnages, et cela s’est révélé juste – il faut dire qu’il y a quelques ficelles un peu trop grosses. Mais peu importe, une fois de plus ce qui fonctionne bien c’est de suivre la dynamique Hannah, qui court de son magasin de cookies à une scène de crime, passe plus de temps à enquêter qu’à servir ses clients, et partage avec le lecteur son quotidien avec Moshe son chat. Et entre deux, bien sûr on salive sur les recettes de cookies ou autres pâtisseries.

C’est une lecture réconfortante et agréable, j’attends déjà le prochain (mais il faut patienter jusqu’à février 2022).

S 3-3Le Cherche Midi, 432 pages, 15€

Cosy mystery·Policier

« Meurtres et muffins aux myrtilles » de Joanne Fluke (tome 3)

9782749164496ORIAh le bonheur des « lectures doudou », ces lectures que l’on retrouve pour passer juste un bon moment ! Clairement cette série des « Enquêtes d’Hannah Swensen », dont j’ai lu trois tomes jusqu’ici, fait maintenant partie de ces lectures que je vois arriver sur ma PAL avec gourmandise (et pas seulement parce qu’il y est question de pâtisserie), à côté des « Agatha Raisin » et autres « Espionne royale ».

Il s’en passe des choses à Eden Lake, ce petit village où vit Hannah Swensen, experte en cookies, et qui se retrouve malgré elle dans des histoire de meurtres. Cette fois-ci, c’est une vedette de la télé, présentatrice d’une émission culinaire culte, qui est retrouvée morte. Or, loin de son image télévisée, elle était exécrable avec ses collaborateurs, et détestée par la plupart des gens qui la rencontraient… Autant dire que les suspects ne manquent pas !

L’enquête avance bien, sans embrouiller le lecteur, en éliminant les pistes une à une. La construction est bien faite. Et autour de cela, il y a tout cet univers de gourmandise qui est aussi plaisant que l’enquête elle-même. Bon, j’avais trouvé le coupable très très tôt dans l’histoire, mais peu importe cela n’a rien gâché à mon plaisir de lecture.

S 3-3Le Cherche Midi, 432 pages, 15€