Policier·Roman

« Drame de pique » de Sophie Hénaff

9782253249498-001-TJ’avais adoré le premier tome de « Poulets grillés », qui m’avait fait beaucoup rire ; mais après le deuxième, puis le troisième qui m’avait laissé un petit goût de déception, je n’aurais pas parié cher sur le fait que je poursuivrais cette série – préférant rester sur ma bonne impression du premier tome, drôle d’histoire de flics « placardisés », bande d’énergumènes qui finalement se complètent bien, et mènent des enquêtes « à leur manière ».

C’est en lisant « Voix d’extinction », une autre série de la même auteure (qui m’a fait beaucoup rire) que je me suis souvenue de la capacité de l’auteure à me faire rire avec des situations décalées, et j’ai donc finalement lu « Drame de pique », le tome 4 de « Poulets grillés ».

Nos flics atypiques sont plus que jamais oubliés de tous… sauf d’un nouveau supérieur, qui fait à Anne Capestan et à son équipe une offre que la cheffe ne peut pas refuser : la possibilité d’être officiellement réintégrés, en échange d’un peit coup de main sur une enquête. Pour eux qui n’ont ni voiture de fonction, ni accès à la police scientifique, ce serait un sacré gain de temps ! Mais l’idée ne plaît pas à tous…

En attendant, l’enquête les mène sur les traces d’un mystérieux agresseur qui pique ses victimes. Tout Paris est en alerte, car les femmes tombent comme des mouches… et certaines en meurent.

J’ai eu l’impression de retrouver une bande de potes, pas vus depuis longtemps mais jamais oubliés, dont j’aurais eu plaisir à prendre des nouvelles. Ils sont tous là, les farfelus, les déprimés, apportant chacun leur pierre à l’édifice de l’enquête. Le décor parisien, et l’appartement cosy qu’ils occupent en guise de commissariat, ajoutent une ambiance spéciale au roman.

L’enquête se complique un peu vers la fin du roman, ce qui n’était pas utile à mon sens – mais j’ai quand même apprécié cette lecture, pour l’ambiance et les personnages avant tout.

S 3-3Le Livre de poche, 384 pages, 8,90€

Cosy mystery·Policier·Roman

« Le crime parfait d’Agatha Christie » de Bénédicte Jourgeaud

9782264082978ORIOn n’en finit pas de publier des livres autour d’Agatha Christie. Entre les rééditions de ses romans, les BD qui en sont des adaptations, les cosy crimes qui se revendiquent de l’héritage Christie, le choix est vaste.

Dans « Le crime parfait d’Agatha Christie », c’est cette fois-ci Agatha Christie elle-même qui est l’héroïne de l’histoire.

Soyons honnête : c’est d’abord la couverture qui m’a fait de l’œil. Et bien que je la trouve un peu trop copiée des sublimes couvertures de Monsieur Toussaint Louverture, une fois le livre entre les mains pour le feuilleter, c’était trop tard le piège s’était refermé sur la fan d’Agatha Christie que je suis.

Le point de départ est aussi déjà vu, puisque l’histoire se situe dans un moment très particulier de la vie de l’auteure, lorsque celle-ci a mystérieusement disparu quelques jours après la demande de divorce de son mari Archie. Comme personne n’a jamais vraiment su ce qui s’était passé pendant ces jours, c’est un matériau propice au roman.

Dans sa fuite, elle rencontre plusieurs personnes aux personnalités très fortes – autant de personnages de romans potentiels. L’idée est amusante, puisque le roman crée de multiples sources d’inspiration pour la romancière. On découvre (pour la fiction) les personnages qui auraient pu inspirer les intrigues les plus célèbres de la Reine du crime.

J’ai plutôt bien aimé le démarrage du livre, où l’ambiance est fidèle aux romans d’Agatha Christie (voyage en train, en bateau, huis-clos,…). En revanche, j’ai regretté, pour ceux qui n’ont pas encore lu les romans originaux, que les clés de nombreuses énigmes soient dévoilées au lecteur ! Il me semble qu’une mention au début du roman aurait été une bonne précaution.

Par ailleurs, la fin du roman (soixante-dix / cent pages avant la fin, quand même) part dans une direction complètement bizarre, très décevante, qui va à l’encontre de toutes les « règles » du roman policier. Grosse déception donc pour la fin, qui pourrait bien me décourager de lire le deuxième tome.

S 2-3Ed 10/18, 360 pages, 8,90€

Cosy mystery·Policier

« Les enquêtes d’Hannah Swensen (tome 10) : Meurtres et choux à la crème » de Joanne Fluke

9782749177335ORICe dixième tome de la série de cosy mysteries pâtissiers (comprenez : d’enquêtes dans dans un contexte où l’héroïne est une pâtissière) est un très bon volume dans la série.

Hannah, aussi gourmande que bonne pâtissière, n’a d’autre choix que de faire un régime : pour le lancement du livre de sa mère, elle doit porter un robe dans laquelle elle ne rentre plus… Avec sa sœur Andrea, elle s’inscrit dans un club de sport et s’astreint à un programme intensif, pendant que Lisa, sa fidèle associée, fait tourner le « Cookie Jar », leur café à cookies.

Mais voilà que Ronnie, la prof de sport, déjà aperçue dans les précédents tomes, est retrouvée morte. Or Ronnie avait la fâcheuse habitude de séduire tous les hommes qu’elle croisait : entre ses anciens amants et les compagnes officielles de ceux-ci, cela fait un paquet de suspects ! D’autant plus que Ronnie n’avait pas la langue dans sa poche…

Hannah est en plein doute : Mike, l’un de ses (deux) prétendants, a souvent été vu en compagnie de la victime. Si elle le croit innocent du meurtre, il n’est peut-être pas innocent dans ses rapports avec Ronnie.

Je dois dire que cela ne m’a pas gênée que Mike soit sur la touche dans ce tome ! Hannah va peut-être enfin choisir entre les deux hommes qui lui font la cour !

Il y a un autre fil rouge dans le roman, la mystérieuse disparition des croquettes du chat… ce qui occasionne des parenthèses bienvenues dans l’enquête, et permet de voir Hannah dans son quotidien.

Et comme toujours, j’aime autant vous prévenir : ce livre occasionne toutes sortes de fringales, depuis la pizza des premières pages jusqu’au brownie revisité !

S 3-3Le Cherche Midi, 390 pages, 15,90€

Cosy mystery·Policier

« La cuisine mortelle de Tita Rosie (tome 1) : L’art meurtrier du lait de coco » de Mia P. Manansala

9782749178776ORIJ’ai un goût prononcé pour les « cosy mysteries », ces romans à enquête qui ont été remis à la mode avec la déferlante « Agatha Raisin ». Plusieurs séries que j’ai lues ont la particularité de combiner enquête et contexte culinaire : bien sûr il y a les « Enquêtes de Hannah Swensen » (déjà 10 tomes publiés en France) mais aussi « Les thés meurtriers d’Oxford » (je n’ai lu que les deux premiers).

Mais dans cette nouvelle série publiée par le Cherche-Midi (qui a décidément de belles trouvailles en ce moment en matière de cosy mysteries), il n’est question ni de cookies, ni de scones : Lila, une jeune Américaine célibataire, revient dans sa ville natale auprès de sa grand-mère et de sa tante, qui tiennent ensemble un restaurant de spécialités philippines. Mais l’ex petit-ami de Lila, devenu un détestable critique gastronomique, meurt empoisonné dans le restaurant tenu par la famille de Lila, qui devient aussitôt la principale suspecte.

L’enquête démarre vite et bien : comment le jeune homme a-t-il été empoisonné ? Qui avait un intérêt à le mettre définitivement hors d’état de nuire à la réputation de tous les restaurants de la ville ? Autant de questions auxquelles Lila se donne pour mission de répondre elle-même.

Comme souvent dans ce type de roman, ce sont aussi toutes les petites histoires à côté de l’enquête qui font le plaisir de lecture. Les retrouvailles avec sa meilleure amie, un triangle amoureux qui se profile (j’espère qu’il ne durera pas aussi longtemps que celui des Hannah Swensen…), mais aussi les interrogations d’une jeune femme partagée entre sa loyauté pour ses origines, et l’envie de s’émanciper de sa famille. Je n’ai pas trop compris pourquoi le titre de la série est centré sur « Tita Rosie » (la tante de Lila), alors que Lila est le personnage principal et que sa tante a un rôle très secondaire. Peut-être cela se précisera-t-il dans la suite de la série…

J’ai découvert plein de plats et de traditions culinaires des Philippines, et c’est clairement la grande originalité de ce roman. Il faut cependant prendre le temps de consulter le glossaire en début de roman pour bien comprendre de quels plats il est question ! Il y aussi quelques recettes à la fin du roman, mais les recettes ne tiennent pas autant de place que dans les « Hannah Swensen ». J’ai passé un bon moment de lecture, dans une ambiance dépaysante, et je lirai le prochain tome avec plaisir.

S 3-3Le Cherche-Midi, 432 pages, 15,90€

Policier·Roman

« Les meurtres zen (tome 3) – Des meurtres pour retrouver son calme » de Karsten Dusse

9782749176727ORIJ’ai déjà eu l’occasion de lire des romans ou des témoignages sur le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle, mais assurément aucun ne ressemblait au pèlerinage façon Björn Diemel ! Si vous avez suivi les deux premiers tomes de cette série au nom étrange de « Meurtres zen », vous savez déjà que Björn, avocat de mafieux et autres trafiquants, est devenu lui-même à la tête d’une organisation basée sur le meurtre et l’élimination de toutes sortes « d’obstacles ».

Cette fois-ci, Björn a décidé de partir en pèlerinage. Bien sûr, rien ne va se passer comme prévu, car une menace de représailles pèse sur lui.

Je me demande toujours, avant d’entamer un tome de cette série, comment l’auteur va se renouveler. Et je dois dire qu’il y arrive plutôt bien, tout en gardant ce qui fait l’originalité de cette série, c’est-à-dire un humour noir et second degré présent dans tous les chapitres. Björn est père de famille, encore un peu épris de son ex-femme, et derrière cette façade d’homme ordinaire se cache un tueur qui s’ignore (presque) tant il semble déconnecté de la réalité. Les interprétations très personnelles qu’il fait des conseils de son psy le rendent dangereux sans même qu’il s’en rende compte.

C’est drôle et gênant, bourré de second degré et de moments où l’on oscille entre dégoût, sourire noir et incrédulité. Bref, dans son genre, c’est très efficace !

S 3-3Le Cherche-Midi, 384 pages, 19,90€

Cosy mystery·Policier

« Son espionne royale (tome 12) : Quatre enterrements et peut-être un mariage » de Rhys Bowen

9782221266533ORICette fois-ci semble la bonne : le mariage de Georgie et de Darcy est pour bientôt. Le couple va devoir trouver son petit nid d’amour – ce qui s’avère plus compliqué que prévu. Grâce à la proposition (miraculeuse) d’un ancien amant de sa mère dont elle héritera, Georgie est invitée à loger au château de Eynsleigh.

Georgie, qui n’a jamais été capable de remettre à sa place son insupportable bonne Queenie, se transforme (miraculeusement, là encore) en parfaite maîtresse de maison, menant son petit monde à la baguette. Il faut dire qu’elle a du pain du planche, avec un majordome irrespectueux, un cuisinier qui ouvre des conserves, et des jardiniers qui ne jardinent pas…

Ce tome est l’un des meilleurs de la série. Il faut faire abstraction de quelques gros revirements de situation (l’héritage, Queenie métamorphosée, Georgie directive) et profiter de l’ambiance du roman. Dans le château de Georgie, on assiste presque à un huis-clos domestique. Georgie organise son petit monde, surveille les comptes, passe ses commandes, attribue les rôles.

L’enquête aussi est très différente de d’habitude, et l’essentiel du roman tourne autour de l’installation de Georgie dans sa nouvelle demeure et la résolution de quelques mystères du quotidien. Il y aura bien une enquête de fond, mais elle est bien amenée et découle naturellement de toute la première partie du roman.

C’est aussi un tome où les personnages secondaires récurrents semblent rentrer dans le rang (Queenie, le grand-père, et même un peu la mère de Georgie – par certains aspects seulement!). On y revoit aussi les petites princesses Elisabeth (future Elisabeth II) et Margaret. Les petits clins d’oeil à l’histoire de la monarchie anglaise ne manquent pas, et donnent un supplément d’intérêt à ce tome.

S 3-3Robert Laffont coll. La Bête noire, 378 pages, 14,90€

Policier

« Lupin – Echec à la reine » de Bertrand Puard

lupinJe n’ai pas vu la série Netflix « Lupin » mais j’avais depuis longtemps envie de découvrir ce roman.

Benjamin est le fils d’antiquaires parisiens réputés. Lorsque son père disparaît mystérieusement, les questions affluent : a-t-il été enlevé ? a-t-il fui un danger ? Il a laissé derrière lui un message codé, que Benjamin et ses amis Assane (le fan d’Arsène Lupin) et Claire vont devoir décoder pour partir à sa recherche.

Dans leur quête, ils vont s’intéresser à Rosa Bonheur, une peintre quelque peu oubliée, et enquêter de Fontainebleau jusqu’aux Etats-Unis.

Les références à Arsène Lupin sont assez légères, nul besoin d’être un expert de Maurice Leblanc pour comprendre et apprécier l’enquête.

C’est un très bon roman d’aventures, dont chaque fin de chapitre donne très envie de poursuivre la lecture jusqu’au suivant, et encore au suivant… Je connais un peu l’oeuvre de Rosa Bonheur et j’ai lu une biographie de cette peintre il y a quelques années, et j’étais très contente de la retrouver dans ce roman – nul doute que ce roman donnera envie aux lecteurs d’en savoir un peu plus sur elle. Officiellement ce livre est un roman jeunesse (plutôt pour ado) mais c’est aussi un très bon roman pour adulte ! S’il y a d’autres livres avec les mêmes personnages, et qu’ils deviennent à leur tour les héros d’une série de romans, je lirai ceux-ci sans hésiter !

S 3-3Hachette romans, 336 pages, 19€

Cosy mystery·Policier

« Les enquêtes de Julie (tome 4 ) : Le superyacht sinistre » de Ana T. Drew

9791033911999Ne cherchez pas sur mon blog les chroniques des trois premiers tomes de ce cosy mystery : j’ai commencé par le quatrième…

L’héroïne, Julie, est pâtissière. Bien qu’elle possède sa propre boutique, elle a été embauchée pour réaliser les desserts lors d’une croisière sur un yacht, propriété d’un couple richissime. Julie découvre l’univers de la jet-set, mais aussi les coulisses du fonctionnement d’un tel bateau. Dépaysement garanti dès les premières pages, le lecteur part aussi en croisière !

Mais la croisière ne fait pas que s’amuser (pardon, je n’ai pas résisté…) lorsque l’un des passagers disparaît – son corps a probablement été jeté à l’eau. Je n’avais pas lu le résumé du roman jusqu’au bout, donc je pressentais une autre victime – et c’est très bien comme ça, cela laisse un peu de tension avant même que l’enquête commence !

Pour le reste, que dire ? Le personnage de Julie est simple et sympathique, sa grand-mère Rose est marrante. Et pour une fois dans ce type de romans, les relations entre la détective amateur et la police sont très bonnes ! Cela nous évite quelques clichés…

J’ai quand même été surprise en cours de roman en découvrant que Julie est aussi… médium. Ah bah oui, c’est très pratique pour résoudre une enquête quand on visualise en flash des scènes qui se sont déroulées sans qu’on y soit… ! La ficelle est vraiment trop grosse, où est l’esprit de déduction ?

Je passe rapidement aussi sur quelques détails inutiles, comme par exemple qu’elle fasse de la pâtisserie « sans gluten », une information qui est mise en avant plusieurs fois mais jamais utilisée dans l’histoire (ni pour l’intrigue, ni pour donner des idées de recettes,…).

Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment, mais cela ne m’a pas suffi pour me convaincre de lire les autres romans de cette série.

S 2-3Harper Collins poche, 7,90€

Cosy mystery·Policier

« Les enquêtes de Roderick Alleyn (tome 2) : L’assassin entre en scène » de Ngaio Marsh

9791039200356ORITrès enthousiaste après la lecture du premier tome de cette série (écrite dans les années 1930), je me suis précipitée sur la lecture du deuxième.

Cette fois-ci, l’inspecteur Alleyn va enquêter au théâtre. La première bonne surprise est de retrouver Nigel Bathgate, dont j’avais cru dans le 1er tome qu’il était le héros de la série ! Il forme avec Alleyn un bon duo romanesque. La personnalité d’Alleyn est plus affirmée que dans le précédent opus. Il n’est pas spécialement sympathique mais il est efficace et plutôt juste. Invité au théâtre par Nigel, ils assistent tout deux à un meurtre sur scène ! Une arme, normalement chargée à blanc, a été chargée avec une vraie cartouche. Mais qui a prémédité ce meurtre ? L’un des comédiens ? L’un des assistants ?

La fin est un peu prévisible, même si je n’avais pas tous les éléments pour la justifier. J’ai trouvé qu’il y avait des longueurs qui pénalisaient un peu le rythme (ce qui n’était pas du tout le cas dans le premier tome). Par ailleurs, comme l’enquête se déroule quasiment tout le temps dans le huis clos du théâtre, il n’est pas toujours facile de suivre les allers et retours des différents personnages et de comprendre leur position exacte vis-à-vis des autres.

Ceci mis à part, cela reste une lecture très agréable, et j’ai déjà prévu de lire la suite !

S 2-3ArchiPoche, 4,99€ pour la version epub

Cosy mystery·Policier

« Petits meurtres à Endgame » d’Alexandra Benedict

9782266337748ORILecteurs amateurs d’Agatha Christie, avez-vous aimé l’ambiance huis-clos de « Ils étaient dix » ? et le Noël enneigé de « Christmas Pudding » ? Alors mélangez ces deux ambiances et plongez-vous sans hésiter dans « Petits meurtres à Endgame » !

A quelques jours de Noël, Lily revient dans le manoir familial : un jeu de piste y a été organisé par sa défunte tante. Pour ses cousins, c’est l’occasion de résoudre des énigmes qui permettront à l’un d’entre eux d’hériter du manoir ; pour Lily, c’est la quête de vérité sur le suicide de sa mère.

Entre mensonges, non-dits et vengeance, les fêtes en famille ne se déroulent pas dans l’allégresse ! Le début du roman est un peu brouillon et le point de départ de l’histoire un peu fastidieux, mais très vite j’ai été rattrapée par la curiosité de comprendre les 12 énigmes posées, et de voir où elles allaient mener. Jeux de mots et anagrammes sont nombreux, les énigmes sont quasiment impossibles à résoudre (pour moi en tout cas !) mais leur solution est toujours claire. Finalement le roman se lit très vite. Il y a bien quelques questions qui ne trouvent pas complètement de réponse logique, mais l’ambiance de cette enquête l’emporte sur le reste.

J’avais repéré ce livre dès sa sortie l’an dernier, et l’ai attendu en poche cet hiver : ça valait le coup ! La même auteure a publié cette année « Meurtres sur le Christmas Express », je le note déjà pour guetter sa sortie en poche (j’espère) dans un an !

S 3-3Pocket, 456 pages, 9€ (trad. Laura Bourgeois)