Policier

« L’affaire Isobel Vine» de Tony Cavanaugh

isobelQue s’est-il passé cette nuit-là, il y a vingt-cinq ans, dans la chambre de la jeune Isobel Vine ? Etudiante sans histoire, appréciée de tous, elle a été retrouvée morte dans des conditions qui laissent penser à un jeu sexuel sordide qui aurait mal tourné, mais l’enquête n’a jamais vraiment abouti. L’affaire, non résolue, aurait pu en rester là, classée comme d’autres. Oui mais voilà, un suspect potentiel de l’époque s’apprête à devenir commissaire, et pour le laver de tout soupçon il faut rouvrir l’enquête.

Darian, Maria et leur compère Isosceles, sont chargés de relancer l’enquête, en mode « opération spéciale ». Ils pensent avoir les coudées franches, mais vont vite se heurter à l’institution policière et à des anciens suspects qui n’ont pas envie de voir cette affaire remonter à la surface.

J’ai plutôt apprécié la lecture de ce polar, à la fois classique dans sa trame et son écriture, et en même temps bien rythmé et avec des fausses pistes comme je les aime.

Certains passages sont un peu trop sombres, d’ailleurs sans intérêt particulier pour l’histoire et l’enquête, et en ce qui me concerne j’ai un peu de mal avec les descriptions trop glauques. Le point de départ de l’histoire est un peu tiré par les cheveux (rouvrir une enquête pour être sûr d’innocenter vingt-cinq ans après un futur commissaire que plus personne ne soupçonne) ; j’imagine que c’est une question de facilité pour avoir des personnages libres dans leurs méthodes, car en dehors de tout système policier officiel.

En revanche, j’ai bien aimé les personnages, dont on devine assez vite qu’ils sont de bons candidats pour devenir des héros récurrents. Darian l’ancien flic retiré des affaires, coupé du monde et obligé de revenir ; et sa jolie collègue Maria, avec qui ont devine des liens passés mais dont on n’apprendra pas grand-chose dans ce livre-là. Dommage que le troisième larron, Isosceles, soit si peu présent, car il détonne des deux autres et apporte une touche de fantaisie qui rafraîchit la lecture et donne des temps de respiration salvateurs.

S 2-3Points, 480 pages, 8,10€

Policier

« Agatha Raisin enquête (t8) : Coiffeur pour dames », de M.C. Beaton

agatha t8 coiffeurCoup de blues pour Agatha Raisin : non seulement son séduisant voisin James Lacey a mis les voiles, mais en plus elle découvre ses premiers cheveux blancs dans le miroir ! Ni une ni deux, elle fonce chez le meilleur coiffeur de la région, un certain Mr John sur lequel elle n’entend que des compliments. Le coiffeur, Agatha l’admet rapidement, est en effet sympathique et talentueux, et son charme fait de lui le confident de toute la gente féminine qui fréquente son salon.

Séduite à son tour, Agatha commence à le voir en dehors du salon de coiffure… jusqu’à ce qu’il meure assassiné ! Voilà Agatha à nouveau au coeur d’une enquête…

Ne nous focalisons pas sur le fait que la région où vit Agatha est, pour un charmant coin de la campagne anglaise, méchamment propice aux meurtres ; ni sur le nombre invraisemblable de fois où elle va se faire coiffer dans ce roman (si un jour je le relis, je compterai, juste pour m’amuser). L’essentiel est ailleurs, dans cette lecture d’un gentil policier qui fait une lecture réconfortante.

N’espérez pas voir James dans ce tome, la figure masculine de cet épisode est représentée par Charles, ami (et ancien amant) d’Agatha. Même Bill Wong se fait étonnamment rare.

Je n’ai pas lâché le livre, malgré encore quelques difficultés à identifier toutes les villageoises sans les confondre. Tout ce que j’aime dans cette série est présent, la mauvaise foi d’Agatha, une certaine propension à mal choisir son entourage masculin, et un charme vieillot (bien loin d’ailleurs de l’image de la blonde sophistiquée de la série télévisée inspirée des romans).

Au final, j’avais bien soupçonné l’auteur du meurtre ; Agatha, je commence à bien te connaître !

S 3-3Albin Michel, 14€

Policier

« La disparition de Stephanie Mailer» de Joël Dicker

disparition stephanieAprès « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » et « Le Livre des Baltimore », deux livres à succès, revoilà Joël Dicker avec un nouveau roman policier, un bon gros pavé de plus de 600 pages comme je les aime (quand c’est bien fait). 600 pages, me direz-vous, cela peut être très long, trop long même, surtout si l’enquête tourne en rond ou si le lecteur a l’impression que l’auteur fait du remplissage. Rien de cela chez Joël Dicker ! Au contraire le roman se dévore jusqu’à la fin, et la clé de l’histoire ne se situe que dans les vingt dernières pages.

En 1994, dans la charmante petite ville d’Orphea, le maire et sa famille sont sauvagement assassinés. Une jeune femme qui faisait son jogging à proximité a également été tuée, témoin gênant de cet affreux crime. L’affaire a été résolue, les policiers félicités.

Mais vingt ans plus tard, une journaliste, Stephanie Mailer, affirme que l’homme désigné comme coupable n’était pas l’assassin. L’enquête pourrait être relancée… mais la journaliste disparaît. Jesse et Derek, les policiers qui avaient mené l’enquête en 1994, reforment leur duo et reprennent l’enquête.

Ma première crainte en lisant le début du livre a été de ne pas me souvenir des personnages, qui sont assez nombreux. Je me suis donc appliquée à ne jamais perdre le fil, et finalement je ne les ai pas confondus (ouf).

Ma seconde crainte était de me perdre au milieu des flash-back 2014 / 1994 ; et finalement je m’en suis bien sortie aussi…

Si j’ai réussi à craquer quelques grosses ficelles de l’intrigue, le suspense sur le meurtrier est resté entier jusqu’à la fin du roman, l’auteur multipliant les fausses pistes crédibles. J’ai donc eu du mal à poser le livre avant la fin, ce qui est toujours bon signe pour un roman policier !

Autre point positif : moi qui suis assez peu attirée par la littérature américaine (sans doute parce que je peine à la lire en version originale), j’ai apprécié comme dans les deux précédents romans que j’ai lus de Joël Dicker de lire une histoire très américaine, mais racontée par un francophone (le jeune auteur est suisse romand).

Au final j’ai passé un très bon moment de lecture, conquise par une intrigue originale et bien construite, qui multiplie les rebondissements sans jamais lasser le lecteur.

S 3-3Editions de Fallois, 640 pages

Policier

« Une étude en rouge » de Conan Doyle

sherlockJ’adore la collection « Bouquins » des éditions Robert Laffont, en particulier les ouvrages qui regroupent plusieurs romans d’un même auteur. J’ai commencé cette collection avec une anthologie de Françoise Sagan (que je vous conseille, d’ailleurs).

Je n’avais pas lu de romans de Conan Doyle depuis longtemps. Très longtemps. C’est en voyant que la collection « Bouquins » proposait les premiers textes de Sherlock Holmes dans un même tome que j’ai eu la curiosité de le redécouvrir. Comme mes souvenirs de Sherlock Holmes étaient assez anciens, j’étais curieuse de renouer avec ce personnage, et de faire la part des choses entre les textes d’origine et la légende. Comment a-t-il rencontré Watson ? Disait-il réellement « élémentaire, mon cher Watson » ?

J’ai donc été très contente de reprendre cette lecture, en commençant par « Une étude en rouge », la première aventure de Sherlock Holmes, qui débute par la rencontre avec Watson. La première moitié du livre est consacrée à la genèse des deux personnages, et à une première enquête qui permet à Sherlock Holmes de montrer sa « méthode » à Watson. La seconde partie du livre est très déstabilisante : le lecteur change d’un coup, sans transition, d’époque, de lieu, sans saisir le lien avec la première partie de l’histoire. Mais le lecteur doit s’accrocher, car le lien avec le début de l’histoire finira par apparaître…

J’avais oublié que Sherlock Holmes était un scientifique avant tout, ce que m’ont rappelé les premières pages, lorsque Sherlock découvre comment déceler des traces de sang même infimes. « Les experts » avant l’heure ! Au final, la lecture de cette première aventure était assez agréable, je poursuivrai donc avec plaisir la lecture de ce recueil.

S 2-3Robert Laffont, Coll. Bouquins

Policier·Roman

« Sang famille » de Michel Bussi

sang familleQue l’on ne s’y trompe pas : bien que ce roman soit une réédition (revue) d’un livre sorti en 2009, on y retrouve bien tous les codes que les lecteurs qui aiment les romans de Michel Bussi (c’est mon cas) attendent.

Colin est en vacances sur l’île de Mornesey. Elevé par son oncle et sa tante, il aimerait en savoir plus sur son père, jeune archéologue mort quand Colin était petit. Mais l’île est agitée suite à l’évasion de deux prisonniers lors de leur transfert. Et Mornesey, dont l’histoire est fortement liée au bagne, aux trafics, et à l’illégalité, n’a pas fini de livrer ses secrets et de malmener les recherches de Colin.

Le roman est bien fait, efficace, et comme toujours avec Michel Bussi je n’avais qu’une envie : lire la page suivante, puis le chapitre suivant… J’ai même eu du mal à lâcher le livre le soir où il ne me restait plus que soixante pages à lire ! Quoique un peu moins surprenant que d’autres romans du même auteur (je continue de conseiller toujours « Nymphéas noirs » par exemple), celui-ci en conserve des thèmes chers à l’auteur : la mémoire, la famille, les secrets… Tous les ingrédients d’un roman policier que l’on a envie de lire l’été sont présents : une île (imaginaire) avec ses souterrains, son phare, son histoire ; des secrets de famille ; des adolescents en vacances, etc. A prendre dans vos valises pour vos prochaines vacances… ou à lire dès maintenant pour se dépayser.

S 2-3Presses de la cité, 420 pages, 21,90€

Policier

« L’inconnu du pont Notre-Dame » de Jean-François Parot

inconnu pontDans les derniers tomes de la série des « Nicolas Le Floch », dont « L’inconnu du pont Notre-Dame » est le treizième volume, j’étais restée un peu décontenancée par ma lecture, et à vrai dire assez hésitante à poursuivre sur les tomes suivants. J’ai lu toute la série, et me suis attachée aux personnages, Nicolas le justicier séducteur, noble mais ami des plus humbles ; Bourdeau son fidèle lieutenant, avec qui il partage l’amour de la justice et de la bonne chère ; sans oublier Sartine et ses perruques, Noblecourt et sa goutte…

J’avais trouvé les derniers tomes particulièrement complexes, avec beaucoup de personnages et des intrigues si entremêlées qu’à la fin de ma lecture je n’étais pas sûre d’avoir tout compris, ce qui gâchait fortement mon plaisir de lectrice.

J’ai heureusement retrouvé dans ce roman une intrigue plus digeste, plus facile à suivre (même si les intrigues de cour reprennent le dessus à la fin du roman et redonnent de la complexité au dénouement). J’ai eu plaisir à retrouver les personnages et les « codes » de la série. Nicolas Le Floch est désormais en âge de marier son fils Louis ; Bourdeau continue à suivre les prémices de la Révolution françaises ; Noblecourt est vieillissant mais toujours bienveillant ; et Sartine toujours sournois et manipulateur.

Au-delà de l’intrigue, des révélations seront faites sur le passé de Nicolas, et la monarchie, toujours plus affaiblie, laisse entrevoir de prochains tomes encore pleins de rebondissements historiques…

S 3-310/18

Policier

« Sauf » de Hervé Commère

saufMat est brocanteur. Il est marié, et après une adolescence tumultueuse, il est devenu un homme rangé. Mais il garde en lui une blessure jamais cicatrisée : il a perdu ses parents très jeunes, morts dans l’incendie de leur maison alors qu’il était en colonie de vacances.

Mais voilà qu’une série d’événements vient bousculer les certitudes de Mat sur les conditions du décès de ses parents. Un album photo est déposé dans son magasin ; une femme mystérieuse semble vouloir remuer le passé. Que s’est-il vraiment passé il y a plusieurs décennies ?

Dans ce polar vraiment très efficace, l’auteur sème les indices, entraîne le lecteur dans une course haletante vers la vérité, le tout à un rythme si bien mené qu’il est difficile de poser le livre avant de l’avoir terminé. Chaque chapitre s’achève par un rebondissement, alors forcément la lecture se poursuit aussitôt sur le chapitre suivant, et ainsi de suite…

Les fausses pistes sont nombreuses, les rebondissements aussi, et la vérité quasi impossible à deviner avant la fin. C’est habile, rythmé, et le roman m’a fait passer un moment de lecture comme j’aime en avoir quand j’ai un polar entre les mains.

S 3-3Fleuve éditions, 18,90€

Policier

« Péril en mer d’Iroise » de Jean-Luc Bannalec

péril merRetrouver le commissaire Dupin est toujours un plaisir. J’ai l’impression de rendre visite à un lointain cousin parisien parti s’installer en Bretagne, et de parcourir ses nouvelles terres avec lui. Je l’imagine un peu en Columbo, et pourtant il n’y a rien dans le texte qui le décrit ainsi !

Dans ce nouvel opus, le commissaire doit enquêter sur la mort d’une jeune pêcheuse, retrouvée morte à la criée de Douarnenez ; puis sur la mort d’une autre jeune femme, chercheuse dans le parc de la mer d’Iroise. Une simple coïncidence ? L’hypothèse est vite écartée. Mais pour résoudre cette enquête, le commissaire va devoir se confronter aux légendes bretonnes, et à la mer inhospitalière pour ceux qui ne sont pas Bretons d’origine…

J’ai retrouvé dans ce roman tous les codes que j’aime dans la série de polars de Jean-Luc Bannalec : Dupin est toujours entouré de ses fidèles adjoints, dont la talentueuse mais imprévisible Nolwenn, et surtout la Bretagne y est sublimée. Je vous défie de ne pas avoir envie de partir entre Sein et Ouessant après la lecture de ce livre, tant les lieux y sont décrits presque avec amour !

« Il voulait Molène en mer d’Iroise, les ancres rouillées… » chante Souchon dans « Le Marin ». J’avais cette chanson dans la tête pendant ma lecture, ce qui en a fait un moment doublement agréable.

S 3-3Presses de la cité, 528 pages, 21€

Policier

« On la trouvait plutôt jolie » de Michel Bussi

Dès que j’ai lu le titre, et même à chaque fois que j’ai repris la lecture de ce livre à la jolie couverture relief, j’avais en tête la chanson de Pierre Perret et l’envie de fredonner « On la trouvait plutôt jolie, Lily ». L’héroïne du roman s’appelle comme celle de la chanson, seule l’orthographe change. Leyli,… Lire la suite « On la trouvait plutôt jolie » de Michel Bussi

Policier

« La disparue de la cabine n°10 » de Ruth Ware

Lo Blacklock est envoyée faire un reportage sur un bateau de croisière réservé à quelques privilégiés. Pour la jeune journaliste, habituée à se voir confier de médiocres missions, c’est une formidable opportunité de carrière : elle va enfin pouvoir faire ses preuves et développer son réseau. Le bateau est splendide, les invités triés sur le volet.… Lire la suite « La disparue de la cabine n°10 » de Ruth Ware