Policier

« La Bible perdue » de Igor Bergler

bible perdueQuand j’ai lu la quatrième de couverture, j’ai d’abord pensé à « Da Vinci code » : un professeur, interrompu pendant une conférence, est appelé sur les lieux d’un triple meurtre. Mais le roman, bien que reprenant certains marqueurs du genre, part finalement dans une autre direction.

Le professeur en question, Charles Baker, a grandi avec l’idée qu’il devrait un jour accomplir une quête. Or l’opportunité arrive aujourd’hui : il va retrouver un sabre mythique, pièce manquante dans la collection initiée par son grand-père. Mais pour cela, il va se confronter aux légendes du diable et de Dracula, à des phénomènes non expliqués. Il est pour cela accompagné de plusieurs personnages plus ou moins louches, dont on ne sait pas toujours de quel côté ils se trouvent.

Résumer cette histoire est quasiment impossible ! Après des premières plages sanglantes, le roman s’oriente plus vers l’ésotérisme, mêlant des récits historiques, des légendes, un ou deux codes à déchiffrer. Une chose est sûre, le romancier doit être particulièrement cultivé car il fait appel à des domaines très différents – presque trop.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman, j’ai dû faire quelques pauses dans ma lecture. L’ensemble n’est pas désagréable à lire, mais très dense et partant dans plein de directions.

La fin m’a laissée un peu sur ma faim (attention je spoile un peu) : je ne suis pas sûre d’avoir compris tous les détails, et la porte reste ouverte à des explications non rationnelles – ce ne sont pas les fins que je préfère pour ce genre de livre.

S 2-3Fleuve noir, 592 pages, 21,90€

Cosy mystery·Policier

« Ils étaient dix » de Agatha Christie

ils étaient dixIl y a des textes dont on se souvient pendant très longtemps, parfois pour le style, parfois pour l’auteur, parfois aussi parce que l’on se souvient du moment de notre vie où on les a découverts. C’est le cas pour « Ils étaient dix » – qui s’appelait à l’époque « Les dix petits nègres ». Ce qui est amusant, c’est que j’ai découvert ce texte alors que j’étais collégienne et que je participais à un « club de lecture » qui consistait à lire à plusieurs, et à l’oral, un roman choisi par l’un d’entre nous. C’est donc dans dans une version orale que j’ai découvert ce texte incontournable de Agatha Christie, et c’est en version audio que je l’ai redécouvert ces jours-ci. Coïncidence ?

Je me souvenais (dans les grandes lignes) de l’histoire et surtout du dénouement, mais cela n’a rien enlevé au plaisir de redécouvrir ce texte culte en version audio.

Dès les premières secondes, le décor est planté et l’ambiance est donnée par une musique assez angoissante. C’est bien trouvé !

Quant à l’histoire, vous la connaissez sûrement déjà : dix personnes, qui ne se connaissent pas, ont été invitées sur l’Ile du Soldat. Elles ne savent pas exactement d’où provient l’invitation, mais comme les journaux ont beaucoup fantasmé sur le nouveau propriétaire de l’Ile (une star, un milliardaire…), leur curiosité a été plus forte. Les voilà donc, dix personnes qui ne savent rien des autres, à devoir passer quelques jours ensemble. Mais leur séjour va prendre une tournure dramatique : quelqu’un projette de les tuer, l’un après l’autre. Pourquoi ? Et comment ? Qui est cette mystérieuse personne qui joue avec leurs angoisses et leur culpabilité ?

Féodor Atkine réussit l’exploit d’interpréter chacun des dix personnages en nuançant sa voix pour donner une identité propre à chacun – même si la voix de Véra Clayton est un peu étonnante. La musique joue très bien son rôle, rythmant les chapitres sans être trop présente, ajoutant la juste dose inquiétante dans l’écoute.

Une belle redécouverte.

S 3-3Audiolib, durée d’écoute 7h02, lu par Féodor Atkine, 19€

Cosy mystery·Policier

« Son espionne royale et les douze crimes de Noël » (tome 6) de Rhys Bowen

son espionne t6Lady Georgiana de Rannoch – Georgie pour les intimes – désespère de devoir passer Noël dans le château familial. Elle sait que sa belle-sœur ne l’accueille pas d’un bon œil, mais puisque sa famille est ruinée depuis la mort de son père, Georgie n’a guère d’alternative.

Pour fuir le château glacial et l’ambiance familiale morose, Georgie accepte un emploi le temps des fêtes. Elle assistera Lady Hawse-Gorzley pour les fêtes, celle-ci ayant invité une dizaine de personnes à venir passer un Noël anglais traditionnel dans le petit village de Tiddleton-under-Lovey – invitations qu’elle a fait payer, les temps étant difficiles même pour la noblesse.

Alors que Georgie se réjouit de passer les fêtes dans une demeure bien chauffée et où la nourriture est proposée en abondance, l’ambiance est ternie par le décès d’un voisin, tombé d’un arbre. Cela semble n’être qu’un accident, mais d’autres morts s’enchaînent et viennent rappeler aux habitants du coin une terrible légende de sorcière qui prédit une mort par jour pendant douze jours.

J’aime beaucoup cette série, le personnage simple et sympathique de Georgie, les bévues de Queenie sa domestique, et l’ambiance d’une Angleterre traditionnelle. On retrouve dans ce tome beaucoup (vraiment beaucoup) de références à Agatha Christie : le Noël traditionnel avec son pudding plein de surprises (comme dans « Le Noël d’Hercule Poirot »), la comptine (dans « Ils étaient dix »… et dans plein d’autres romans d’Agatha Christie)…

Je ne comprends toujours pas pourquoi le personnage de Georgie est représenté sur la couverture comme une jeune beauté sophistiquée (à part pour faire vendre), cela n’a rien à voir avec son personnage désargenté qui n’a que deux tenues à mettre… A part ça, rien à redire, et je me réjouis de savoir qu’il existe encore neuf romans de la série pas encore traduits – j’espère qu’ils le seront bientôt !

S 3-3Robert Laffont, coll. La Bête noire, 414 pages, 14,90€

Cosy mystery·Policier

« Le Train bleu » de Agatha Christie

train bleuLire ou relire Agatha Christie est toujours un plaisir pour moi. J’ai lu quasiment toute l’œuvre de la « reine du crime », ce qui représente des dizaines et des dizaines de romans. J’ai une tendresse particulière pour Hercule Poirot – je trouve que les romans où il est présent sont les meilleurs.

C’est après avoir vu un reportage sur le mythique « Train bleu » que j’ai eu envie de ressortir ce roman de ma bibliothèque. Je ne me souvenais pas de l’histoire, je gardais un vague souvenir d’une histoire dans un train, comme un clin d’œil – ou un réchauffé – du « Crime de l’Orient-Express ». L’intrigue et la chute sont très différentes, mais ont pour point commun que le crime se déroule dans un célèbre train.

Dans le Train bleu voyagent ce jour-là de nombreux Anglais qui vont chercher le soleil de février sur la Riviera française. Parmi eux se trouve Ruth Kettering. Riche héritière, elle voyage seule avec sa femme de chambre. Elle est sur le point de divorcer de son mari infidèle ; et elle-même ne pense qu’à retrouver un homme qui l’avait séduite avant son mariage. Mais Ruth Kettering n’arrivera jamais vivante : elle est retrouvée morte dans son compartiment privatif du train. A-t-elle été tuée pour les bijoux précieux qu’elle transportait ? Ou pour ne pas avoir le temps de divorcer et de laisser son mari sans le sou ?

Hercule Poirot est appelé en renfort. Pour une fois (c’est assez rare!) j’ai noté quelques indices qui m’ont mise sur la voie. Et j’ai pris plaisir à suivre cette enquête et à retrouver les petites manies de mon détective préféré.

S 3-3Le Masque

Policier

« La mort s’invite à Pemberley » de P.D. James

Si ma mémoire est exacte, ce livre est le premier, ou l’un des tous premiers, que j’ai découvert en version audio. Je me souviens avoir aimé l’ambiance d’une écoute dans la pénombre, éclairée seulement par quelques bougies. Je me souviens aussi m’être perdue parmi les personnages, et n’avoir au final pas trop aimé cette histoire.… Lire la suite « La mort s’invite à Pemberley » de P.D. James

Policier

« Memory », d’Arnaud Delalande

memoryLe point commun entre Albert, Myriam, Jean-Baptiste, David, Jeff, Caroline et Michel ? Ils sont tous pensionnaires d’un hôpital privé dont une antenne, appelée « Memory » est dédiée aux patients qui ont perdu la mémoire immédiate. Tous les huit ont subi un accident ou un traumatisme à partir duquel leur mémoire s’est arrêtée.

Lorsque l’inspectrice Jeanne Ricoeur arrive sur place, c’est pour enquêter sur la mort par pendaison d’un autre pensionnaire. La particularité est que les huit ont assisté à la pendaison, dans une pièce fermée, mais qu’aucun d’eux ne s’en souvient.

Jeanne est en plein deuil, elle vient de perdre son père adoptif, et la question de la mémoire la taraude car elle pense beaucoup à ses parents biologiques.

Le point de départ de l’histoire est bien trouvé, et utilise des codes (le huis-clos, la demeure perdue dans les montagnes enneigées) qui ont fait leurs preuves et sont des valeurs sûres. Le thème de la mémoire est particulièrement intéressant, et oblige le lecteur à s’interroger sur son propre rapport au temps et aux souvenirs – passons sur quelques paragraphes à vertu pédagogique dont le contenu aurait pu être amené différemment à mon avis.

J’ai lu l’ensemble du roman très vite ; même si le suspense n’est pas insoutenable, le texte donne envie d’enchaîner chapitre après chapitre. Je n’avais pas vu venir la résolution – mais j’avais imaginé des pistes plus tordues à vrai dire ! La solution arrive un peu trop tôt, donc les cinquante dernières pages n’apportent rien au récit.

A part ça le décor (Annecy, le lac, les montagnes, la neige,…) est idéal pour l’ambiance et assure un vrai dépaysement pendant la lecture.

S 2-3Cherche Midi, 320 pages, 18€

Cosy mystery·Policier

« Le mystère de la clef » de Patricia Wentworth

mystère clefJe trouve assez amusant de me dire que, près de 80 ans après leur parution, il aura fallu attendre le confinement de 2020 pour que je découvre les enquêtes de Miss Silver, et en version numérique en plus !

J’en suis maintenant à ma huitième lecture de la série. Comme d’habitude, Miss Silver n’interviendra qu’à partir de la moitié du roman. Avant cela, l’histoire s’ouvre dans un petit village, où un chercheur a été retrouvé mort après avoir fait « la » découverte scientifique de sa vie. Si tout laisse à penser qu’il s’est suicidé dans l’église du village, ceux qui le connaissaient bien ne peuvent se résoudre à admettre que ce soit un suicide. Mais qui aurait eu intérêt à le tuer ?

Comme toujours le lecteur va plonger dans les méandres d’un village où tout le monde paraît hors de soupçon, mais où beaucoup de gens ont finalement quelque chose à cacher. Il faudra toute la perspicacité de Miss Silver, doublée de sa capacité à faire parler les autres, pour faire progresser l’enquête.

Si le début de l’enquête est peu embrouillé, avec beaucoup de personnage, l’intrigue se resserre après le premier tiers du livre ; les suspects se multiplient, avant d’être innocentés les uns après les autres jusqu’à la résolution finale. Bref, je me suis fait avoir, et j’avais finalement beaucoup de mal à laisser ce livre de côté avant de l’avoir terminé ! Il y a aussi en toile de fond l’Histoire européenne et la montée du nazisme, ce qui donne à ce livre une profondeur particulière et enlève un peu de légèreté à ce cosy mystery bien mené.

S 3-312/21, 8,99€

Cosy mystery·Policier

« La première enquête d’Agatha » de M.C. Beaton

La-Premiere-Enquete-d-AgathaLes amateurs de la série des Agatha Raisin apprécieront la lecture de cette courte nouvelle retraçant les premiers pas professionnels de la jeune Agatha. Tout juste sortie de sa banlieue, loin d’une famille alcoolique et d’un premier mari violent, elle n’a qu’une envie : réussir. Son rêve ultime, vous le connaissez déjà, est d’acquérir un jour une maison dans les Cotswolds. C’est en acceptant une tâche ingrate dans l’agence de communication où elle travaille qu’elle rencontre un homme dont elle va défendre l’image, et qui va la récompenser en l’aidant à monter sa propre agence.

On y lira furtivement la première apparition de Roy, mais bien sûr tous les autres personnages emblématiques n’ont pas encore fait leur apparition. Je ne suis pas sûre que la nouvelle séduira ceux qui n’ont jamais lu une « vraie » aventure d’Agatha, mais les autres seront contents de retrouver une jeune Agatha le temps de quelques pages.

S 3-3Albin Michel, ebook gratuit

Cosy mystery·Policier

« Christmas Pudding » d’Agatha Christie

christmas puddingDécidément Agatha Christie est indémodable ! Dans « Christmas Pudding » – que j’avais sûrement lu il y a bien longtemps, mais que j’ai redécouvert avec beaucoup de plaisir – on retrouve toute la quintessence des textes de la « reine du crime » au travers de six nouvelles. Cinq d’entre elles mettent en scène Hercule Poirot (mon préféré) et la dernière Miss Marple.

Le recueil s’ouvre avec « Christmas pudding » : Hercule Poirot enquête sur le vol d’une pierre précieuse. Il en profite pour se faire inviter dans une famille qui fête Noël dans le plus pur respect des traditions :

« l’arbre de Noël, les bas pleins de friandises suspendus au lit, la soupe aux huîtres, la dinde – deux dindes, en fait, l’une bouillie et l’autre rôtie -, le plum-pudding avec la bague, le bouton du célibataire et toutes les autres babioles dedans ».

Ambiance de saison garantie, j’ai adoré !

Dans « Le Mystère du bahut espagnol », c’est une soirée entre amis respectables qui vire au drame lorsqu’un corps est retrouvé le lendemain matin dans un coffre qui était au milieu de salon pendant toute la soirée.

Dans « Le souffre douleur », c’est un drame dans le plus pur style Christie qui se joue : un homme a été tué et Poirot doit déméler les fils des disputes familiales et autres secrets bien gardés , le tout dans un huis-clos et avec la traditionnelle scène de la réunion de famille où le coupable sera confondu.

Les trois dernières nouvelles, plus courtes, sont des petits bonbons offerts aux lecteurs, exercices de styles basés sur des petites énigmes.

Ce « Christmas Pudding » est un petit bijou du genre !

S 3-3Ed. du Masque, 230 pages, 5,60€

Cosy mystery·Policier

« Agatha Raisin enquête (tome 22) : Du lard ou du cochon » de M.C. Beaton

agatha t22 lardCe tome des aventures d’Agatha Raisin, directrice d’une agence de détectives et grande gueule légendaire, commence sur les chapeaux de roue et d’une manière beaucoup plus violente que d’habitude. Je n’avais pas lu la quatrième de couverture (car je lirai de toute façon tous les tomes!), et si vous voulez garder le suspense, arrêtez-vous ici.

Pour les autres, voici comment l’histoire commence : dans une période pleine d’ennui, Agatha propose à ses amis de l’accompagner à une fête médiévale organisée dans un village voisin du sien, où la principale attraction sera un cochon rôti à la broche. Sauf que le cochon en question a un tatouage sur la cuisse, détail qui fait comprendre à Agatha que c’est un humain qui a été embroché.

La suite du roman connaîtra quelques autres passages glauques ; heureusement que l’on retrouve aussi les petites fantaisies d’Agatha et de ses amis pour donner un peu d’air !

A l’enquête s’ajoutent aussi les petites histoires de l’agence de détectives ; Toni, la plus jeune de l’agence, est au coeur de l’histoire parallèle depuis qu’Agatha a découragé son amoureux de s’engager avec elle et que, par dépit, le jeune homme a rejoint l’armée.

L’histoire est un peu alambiquée mais j’aime trop cette série (qui touche bientôt à sa fin) pour m’en formaliser vraiment. La fin sent un peu le déjà-vu, j’aurais aimé un petit rebondissement final comme dans d’autres précédents tomes.

S 2-3Albin Michel, 324 pages, 14€