Nouvelles

«13 à table ! (édition 2019)»

13 à table ed 2019Chaque année les éditions Pocket publient un recueil de nouvelles en faveur des Restos du coeur (1 livre acheté 5€ = 4 repas distribués). 13 auteurs sont invités à écrire une nouvelle, cette année sur le thème de « la fête » : Philippe Besson, Françoise Bourdin, Maxime Chattam, François d’Epenoux, Eric Giacometti, Karine Giebel, Philippe Jaedana, Alexandra Lapierre, Agnès Martin-Lugand, Véronique Ovaldé, Romain Puértolas, Jacques Ravenne, Tatiana de Rosnay, Leïla Slimani et Alice Zeniter.

J’ai trouvé le cru 2019 particulièrement réussi, mêlant des nouvelles joyeuses et d’autres très émouvantes, des textes légers et d’autres profonds. J’ai voyagé d’un appartement parisien des Batignolles jusqu’à la Nouvelle Orléans, tour à tour dans un carnaval, une crémaillère, une fête d’anniversaire,… Il y en a pour tous les goûts : du réel, de l’anticipation… A souligner la nouvelle très poignante de Karine Giebel, l’une des plus marquantes du recueil, et celle originale et dérangeante de Maxime Chattam. Je ne peux citer le détail des 13 nouvelles ici, mais chacun a été un plaisir à lire.

C’est une bonne action et un bon moment de lecture, courrez acheter ce livre si vous ne l’avez pas déjà fait (et sinon, rachetez-en un pour l’offrir) !

S 3-3Pocket, 5€, 1 livre acheté=4 repas distribués

Nouvelles

«Bonne année ! »

G02286_Bonne_annee.inddChouette idée de regrouper dans un court ouvrage de moins de cent pages des extraits de littérature se déroulant au passage du Nouvel an.

En trois parties sont ainsi regroupés des textes très hétéroclites.

Le livre s’ouvre sur un extrait d’ « Aurélien » de Louis Aragon, où l’on retrouve en quelques pages tout le rythme et la quasi poésie du roman, et bien sûr Aurélien cherche sa Bérénice pour un baiser aux douze coups de minuit.

Quelques pages plus tard, voilà le lecteur transporté dans un appartement russe, où une soirée de réveillon entre une mère et son fils ne va pas se passer comme prévu, avec l’arrivée d’invitées inattendues.

Il a été plus difficile pour moi de m’immerger dans d’autres extraits, comme celui de Simenon ou d’Anne Wiasemsky, parce que les personnages ou les ambiances me parlaient moins, je n’ai pas suffisamment bien appréhendé les personnages dans ces extraits, il m’aurait fallu plus de pages pour entrer dans l’histoire – ou moins, pour n’en garder que la quintessence autour du thème de la Nouvelle année.

J’ai bien aimé en revanche la fin de l’ouvrage avec des extraits de lettres, où l’on retrouve Zola dans son style sans fioriture mais si juste et si sincère ; une Simone de Beauvoir inattendue, joueuse presque comme une adolescente au soir du réveillon ; ou encore Louis-Ferdinand Céline dans une improbable lettre à son éditeur…

Bonne année !

S 2-3Folio, 2€

Nouvelles

« Les amants sous verre » de Georges-Olivier Châteaureynaud

Le Salon du livre de Paris, qui s’est tenu en mars, est un rendez-vous incontournable pour moi. Je m’y sens comme un enfant dans une ludothèque, j’ai l’œil qui brille et je butine d’un stand à l’autre, alléchée par la nouveauté.

Comme chaque année, j’ai évité les stands des grandes maisons d’édition ; n’y voyez pas un quelconque snobisme de ma part, mais seulement je ne vais pas au Salon du livre pour y trouver le dernier livre à la mode, celui qui bénéficie d’une belle publicité en vitrine, et qui est bien visible sur tous les étals des libraires. J’y vais pour trouver la pépite à peine visible, celle qui réveille ma curiosité.

Une de mes belles découvertes de cette année est une maison d’édition qui n’est pourtant pas une jeunette puisqu’elle affiche déjà presque trente ans de publications : Le Verger éditeur. Et me voilà découvrant comme premier ouvrage une nouvelle publiée dans la collection « Sentinelles ». Lire la suite

Nouvelles

« Une journée dans la vie d’une femme souriante » de Margaret Drabble

           Journée femme souriante Habituellement, je n’aime pas trop les recueils de nouvelles. Souvent, seule l’une d’entre elles se dégage du lot et les autres ne méritent pas tout un livre. Et puis j’aime prendre le temps de découvrir les personnages et de m’attacher à eux : quelques dizaines de pages n’y suffisent pas toujours.

            Pourtant, « Une journée dans la vie d’une femme souriante » est un recueil tout à fait passionnant, qui m’a réconciliée le temps d’une lecture avec ce genre littéraire. Ecrites entre 1966 et 2000, ces nouvelles ont pour point commun de raconter un moment, souvent très bref, de la vie quotidienne de femmes. Jusque là, rien d’extraordinaire, pensez-vous. Or tout l’intérêt du livre réside dans l’incroyable talent de l’auteur, qui sait capter à merveille ces petits moments anodins Lire la suite