Roman

« Quand nos souvenirs viendront danser », de Virginie Grimaldi

Quand nos souvenirsJ’aime les romans de Virginie Grimaldi pour la tendresse qui y transparaît, et pour ce mélange toujours bien dosé d’émotion, de blessures, et malgré tout d’optimisme.

Cette fois-ci, l’auteure a choisi comme héros des « octogéniaux », un groupe de seniors dont le lotissement va être démoli sur décision du maire, et remplacé par une école. Or cette rue, c’est leur rue, celle qui a vu s’épanouir leurs mariages, grandir leurs enfants, et s’écouler une vie faite de drames et de bonheur.

On connaît l’affection de Virginie Grimaldi pour ses grands parents – elle poste régulièrement des messages d’une grande drôlerie adressés à sa grand-mère, et a d’ailleurs publié un recueil de ces textes, « Chère Mamie ». Dans les remerciements, elle explique avoir beaucoup pensé à eux pour écrire les personnages de Marceline et Anatole. Marceline, la narratrice, ne nous raconte pas seulement le combat qu’elle mène avec ses voisins pour défendre leur rue ; mais plus largement, elle témoigne de sa vie de femme, de mère, et du temps qui passe inexorablement.

« Un jour tu comprendras que la beauté ne se mesure pas. Elle n’a pas les sourcils épilés ou la bouche rouge sang, elle ne porte pas de talons ou de cheveux crantés, elle ne suit pas les modes, elle ne se maquille pas, elle ne se voit pas dans un miroir. »

Les personnages sont truculents, ces « octogéniaux » farceurs ne manquent pas d’imagination pour défendre leur rue, et l’on sourit devant ces petis vieux qui adorent se détester. Même si j’ai trouvé un peu moins de rebondissements que dans d’autres titres de l’auteure, le roman s’écoute comme d’habitude avec plaisir et la lecture faite par Colette Sodoyez est parfaite pour incarner Marceline à différents âges.

S 3-3Audiolib, lu par Colette Sodoyez, 6h41 d’écoute, 20,90€