Cosy mystery·Policier

« Le Club des amateurs de romans policiers (tome 1) : Ils étaient sept » de C.A. Larmer

9782749175478ORICe livre est une déclaration d’amour à Agatha Christie.

Vous le savez, je me méfie toujours des romans qui se revendiquent dans l’héritage de la Reine du crime – c’est souvent très usurpé. La bonne idée de ce roman est d’avoir des personnages principaux qui sont tous fans d’Agatha Christie, mais surtout qui vont se baser sur ses romans pour résoudre aux-mêmes une enquête.Cela m’a permis de me replonger indirectement dans quelques romans d’Agatha Christie, tout en lisant autre chose !

L’histoire est celle d’Alicia, fan de romans cosy mysteries, qui décide de créer son club de lecture – faute d’en avoir trouvé un à son goût. Elle réunit six autres lecteurs (et du coup… ils étaient sept, le clin d’oeil à « Ils étaient dix », ex- « Dix petits nègres » ne vous aura pas échappé). S’ils pensaient se réunir pour boire un verre tout en discutant lecture, c’est raté. L’une d’entre eux est victime d’un accident qui n’a pas l’air très accidentel, et une autre disparaît mystérieusement…

Passé mon hésitation du début, j’ai vite accroché à ce roman plaisant, qui se lit très facilement et fait du Christie sans faire du Christie. C’est malin. Et en plus la couverture et les petits dessins sont mignons.

La suite au mois d’août, rendez-vous est pris !

S 3-3Le Cherche Midi, 416 pages, 15,90€

Cosy mystery·Policier

« Agatha Raisin enquête (tome 32) : Cul sec ! » de M.C. Beaton

9782226460233-jJe ne vous présente plus Agatha Raisin, ancienne business woman dans la communication, reconvertie en détective dans les Cotswolds. Avec ce 32e tome, on approche un peu plus de la fin de la série. C’est pour moi une lecture récréative, que je mets maintenant de côté pendant quelque temps avant de me jeter dessus, histoire de faire durer un peu le plaisir. Je sais bien que je vais retrouver un peu toujours la même trame, mais tant pis, j’aime bien !

Dans ce tome, Agatha est confrontée à la mort de l’Amiral Nelson, un vieux monsieur pas trop apprécié, retrouvé mort sur un terrain de boulingrin (pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une sorte de jeu de boules). Et Agatha est la seule à penser que cette mort n’est pas accidentelle, mais que l’Amiral a été empoisonné volontairement.

Les personnages secondaires sont un peu moins présents, même s’ils font tous une petite apparition. James revient en grâce (c’est vraiment le personnage que je comprends le moins dans cette série, tant il est variant d’un tome à l’autre), mais Agatha est toujours fâchée contre Charles (j’avais un peu oublié cette histoire, le tome 31 est un peu lointain dans mes lectures).

Au final, c’est un tome sans grande révélation ni grande avancée dans le fil rouge de la vie d’Agatha, juste plaisant quand on aime bien le personnage et la série en général.

J’ai déjà acheté le tome 33, mais je vais le laisser s’affiner un peu dans ma PAL avant de le lire !

S 2-3Albin Michel, 270 pages, 14,90€. Tome écrit avec R.W. Greeen.

Policier

« Piège mortel à Belle-Ile » de Jean-Luc Bannalec

9782258199965ORIJe suis tellement contente à chaque fois qu’un nouveau tome des enquêtes du Commissaire Dupin est publié ! Je suis toujours sûre de passer un bon moment, dans une Bretagne charmante et intrigante, magnifiée à travers les yeux de Dupin, le Parisien installé depuis maintenant dix ans en terre bretonne.

Une bonne idée de la série est de mettre en valeur à chaque fois un lieu différent (ici Belle-Ile).

L’enquête, par ailleurs, est assez intéressante : après la mort d’un riche propriétaire terrien, détesté par toute la population de l’île, Dupin s’installe sur place et explore une à une toutes les pistes.

Il y a aussi de l’humour, dans un fil rouge toujours renouvelé – ici une histoire de chapeau de soleil Tahiti…

J’ai passé un chouette moment de lecture, dépaysant, avec plein de paysages dans la tête. C’est simple : j’ai dévoré ce nouveau tome. Décidément, je suis une fan inconditionnelle de cette série !

S 3-3Presses de la cité, 352 pages, 22€

Policier

« De si jolies petites plages » de Pierre Pouchairet

n10-de-si-jolies-petites-plagesJ’avais beaucoup aimé la lecture de « Vie et mort d’une légende bigoudène ». A tel point que je me souviens très précisément du lieu où je l’ai lu ! J’avais lu ensuite « Le Pont du diable » , et j’ai retrouvé avec plaisir les « Trois brestoises », même si je n’avais pas lu les tomes 8 et 9 entre les deux.

Cette fois-ci, ce n’est pas Léanne, la flic, qui est en première ligne dans l’enquête, mais son amie Elodie, directrice de l’institut médico-légal de Brest. En effet, un décès classé accidentel laisse Elodie songeuse… et lui rappelle étrangement un autre décès, survenu bien des années plus tôt. Et si cette mort n’était pas naturelle, mais liée aux algues vertes ?

Si l’enquête est rythmée et pleine de rebondissements, l’intérêt du roman est aussi dans la dénonciation – faite intelligemment et sans caricature – du fléau des algues vertes sur certaines côtes bretonnes. J’ai appris beaucoup de choses (même si cela reste un roman, et pas un essai sur le sujet). Les trois personnages principaux sont égales à elles-mêmes, même si Léanne est moins présente que dans d’autres tomes. Elodie, entêtée mais intelligente, mène l’enquête avec des méthodes différentes de celles de Léanne. Quelques incursions dans sa vie privée permettent au lecteur de « souffler » dans l’enquête, même si je n’avais pas trop suivi ses aventures amoureuses dans les précédents tomes.

A noter, les tomes peuvent se lire indépendamment les uns des autres, et dans le désordre. Vous pouvez donc piocher parmi les 10 titres de la série des « Trois Brestoises » en fonction du thème ou de vos localités préférées.

S 3-3Palémon éditions, 288 pages, 11€. Reçu dans le cadre d’une « Masse critique »

Cosy mystery·Policier

« La plume empoisonnée » d’Agatha Christie

9782253032915-001-TJe continue le #readChristie2023, et pour le mois de mars et le thème de la peur, j’ai suivi la recommandation de lecture : « La plume empoisonnée ».

Jerry espérait profiter du calme de la campagne pour sa convalescence. Accompagné de sa sœur, il s’installe dans un petit village. Mais bientôt, sa sœur et lui reçoivent des lettres anonymes. Est-ce parce qu’ils sont nouveaux venus ? Cela aurait pu être une explication, mais peu à peu les langues se délient et Jerry comprend que tous les villageois reçoivent ce genre de missives.

Mais les plaisanteries du corbeau prennent une autre dimension quand elles aboutissent au suicide d’une femme…

Si le roman fait appel à miss Marple, ce n’est qu’à la toute fin de l’histoire. Elle est loin d’être le personnage central de l’histoire. A tel point que j’ai vérifié que c’était bien elle l’enquêtrice ! Il y a beaucoup de personnages, donc c’est assez dense de suivre qui a reçu quelles insultes et pourquoi. Ce n’est pas le meilleur Christie à mon goût, alors j’attends maintenant la lecture d’avril !

S 2-3Le Livre de poche, 221 pages, 6,40€

Policier

« Le chalet des disparus » de Ruth Ware

9782265155589ORIJ’adore les romans de Ruth Ware, petits bijoux de thrillers psychologiques comme je les aime. Dans « Le chalet des disparus », j’ai retrouvé ce que j’avais aimé dans ses précédents romans : un quasi huis clos, des personnages mi-anges mi-démons, des faux-semblants, une énigme.

Dans un chalet perdu en haute-montagne, toute l’équipe d’une start-up est en séminaire. L’ambiance est tendue entre les membres de l’équipe, et Erin et Danny, les deux hôtes du chalet, font de leur mieux pour que le séjour se passe bien. Jusqu’à ce que l’un des participants du séminaire disparaisse. Et ce n’est pas un accident…

Roman idéal pour l’hiver, sur fond de paysages enneigés et de chalet isolé, j’ai eu du mal à le poser. Les chapitres sont très courts, rythmés, parsemés de fausses pistes… Un bon page-turner, quoi !

Le dénouement arrive un peu vite (la clé principale de l’intrigue est révélée environ 100 pages avant la fin), mais j’ai quand même beaucoup apprécié cette lecture jusqu’au bout. Et j’ai noté pour de futures lectures les titres de Ruth Ware que je n’ai pas encore lus !

S 3-3Fleuve éditions, 432 pages, 22,90€

Cosy mystery·Policier

« Les dames de Marlow enquêtent (tome 2) – Il suffira d’un cygne » de Robert Thorogood

marlow2Quel plaisir de retrouver les drôles de dames de Marlow ! J’ai résisté à l’envie de lire la version papier dès sa sortie, préférant attendre la version audio. J’avais tellement ri en écoutant la version audio du premier tome !

J’ai retrouvé dès le début de l’écoute les voix de Judith, Becks et surtout Suzie, à travers la voix de Rachel Arditi. Sa lecture est géniale, les voix collent bien aux personnages et les rendent uniques. C’est un vrai plaisir d’écoute, je crois que j’aurais pu écouter tout le roman audio d’un coup !

Quelques mots sur l’histoire (quand même). Devenue célèbre grâce à l’aide qu’elle a apportée dans une première enquête, Judith est conviée par un notable de Marlow à une réception qu’il donne avant son mariage avec une jeune femme. Craint-il qu’un meurtre soit commis, pour souhaiter la présence de cette enquêtrice hors normes ?

Malheureusement pour lui, c’est lui-même qui décède lors de la réception. Et les trois dames de Marlow, Judith la verbicruciste, Suzie la promeneuse de chiens (elle me fait trop rire) et Becks la femme du vicaire, reconstituent leur trio pour enquêter… à leur manière, et au plus grand désarroi de l’enquêtrice officiellement en charge de l’affaire ;

C’est drôle, original, rythmé, et lu avec beaucoup de talent par Rachel Arditi. J’espère tellement qu’il y aura une suite !

S 3-3Audiolib, lu par Rachel Arditi, 9h11 d’écoute, 24,90€ pour la version CD

Cosy mystery·Policier

« Le crime est notre affaire » d’Agatha Christie

9782253038375-001-TJe poursuis le challenge du #ReadChristie2023 ; ce mois-ci le thème de « l’objet contondant » m’a amené à (re)lire « Le crime est notre affaire » (même si le choix de ce livre n’est pas immédiat car c’est un recueil de nouvelles, j’ai choisi de suivre la préconisation « officielle » du challenge de février).

J’avais déjà lu ce roman il y a de nombreuses années, et je n’en avais pas gardé un souvenir mémorable. En revanche, je me souviens très bien des adaptations cinématographiques avec Catherine Frot et André Dussolier ! Alors, certes, ils sont un peu loin de Tommy et Tuppence Beresford (les héros) qui ont 25 ans dans le livre, mais j’ai gardé le souvenir de films très plaisants.

Tommy et Tuppence, mari et femme, aiment s’amuser et se taquiner. Halte à l’ennui ! Ils décident de reprendre une agence de détectives… à leur manière, facétieuse et théâtrale. Le livre est composé d’une dizaine de nouvelles, chacune étant une enquête indépendante. Le format de nouvelles permet de bien rythmer la lecture, même si j’ai trouvé les histoires assez inégales (avec pour certaines des fins évidentes). Les deux personnages principaux sont en revanche plus sympathiques que dans mon souvenir, et je me suis surtout amusée de leurs mises en scène pour épater leurs clients.

S 2-3Le Livre de poche, 252 pages, 6,40€

Policier

« Un œil bleu pâle » de Louis Bayard

9782749176352ORIAvant de lire ce livre, je ne connaissais pas le film qui en est inspiré. J’ai donc découvert cette histoire de A à Z.

Première moitié du XIXe siècle. Gus Landor, un civil, participe à l’enquête interne menée après la mort d’un élève officier. Mort particulière, puisque le coeur et les parties génitales de la victime ont été prélevés.

Pour avancer dans son enquête, Gus Landor a besoin de quelqu’un du sérail. Il choisit un élève pour lui apporter des informations – et pas n’importe quel élève : le jeune Edgar Poe, poète en herbe, qui se révèle un enquêteur zélé.

Le parti pris du roman (faire de Poe le personnage central, bien avant qu’il soit publié et célèbre) est plutôt une bonne idée, même si je ne savais jamais ce qui appartenait au personnage ou avait réellement existé.

L’univers de l’école militaire aurait pu être ennuyeux, mais finalement cela ne nuit pas à l’histoire car le lieu n’est pas central dans l’histoire et le drame aurait pu se produire dans n’importe quelle école ou n’importe quel pensionnat strict de jeunes hommes.

Le duo formé par Gus Landor et Edgar Poe fonctionne bien, les deux personnages ont deux personnalités différentes qui se complètent.

J’ai en revanche trouvé beaucoup de longueurs dans le roman : pour me tenir captivée sur 700 pages, j’ai besoin de plus de rebondissements, plus de rythme ou plus d’attachement pour les personnages.

La fin est assez inattendue et plutôt bien trouvée. J’aurais juste aimé quelques bonnes trouvailles comme celle-là distillées dans le reste du roman.

S 2-3Le Cherche Midi, 688 pages, 21€

Cosy mystery·Policier

« Je ne suis pas coupable » d’Agatha Christie

9782253029526-001-TCette année, j’ai envie de participer au #readChristie2023. Le principe ? Chaque mois, des lecteurs du monde entier lisent en même temps une œuvre d’Agatha Christie, sur un thème commun défini par Agatha Christie Ltd. Cette année, le fil rouge de ces lectures sera « Methods & Motives » (« méthodes & mobiles ») et le mois de janvier est consacré à la jalousie.

Plusieurs lectures sont possibles sur ce thème ; j’ai choisi de suivre la recommandation « officielle » du challenge, en lisant « Je ne suis pas coupable » (« Sad cypress » en version originale). Sur le coup, je ne me souvenais pas de l’histoire, mais à la moitié de l’intrigue (quand le meurtre se produit), des images me sont revenues – en plus de l’avoir lu, j’en ai sûrement déjà vu une version filmée.

J’ai adoré me replonger dans ce roman, que j’ai dévoré en deux soirées seulement. L’histoire est celle d’Elinor Carlisle, accusée d’avoir tuée une jeune domestique que sa tante mourante comptait mettre sur son testament – au risque de réduire la part d’héritage d’Elinor. Tout, absolument tout, accuse Elinor : ses sentiments envers la jeune domestique ; son mobile ; son attitude avant le meurtre.

Poirot est appelé à la rescousse ; lui seul semble pouvoir sauver Elinor. Il arrive au milieu du roman et relance l’histoire.

J’ai passé un (enfin, deux) très bon(s) moment(s) de lecture, plongée dans la quête de vérité, me disant qu’elle ne pouvait pas être coupable, tout en me demandant comme Poirot pourrait sortir Elinor de là…

La fin est à mon avis impossible à trouver pour le lecteur, même si elle fait son petit effet et fonctionne assez bien.

Voilà, le challenge commence bien cette année ! Et je publie ma chronique l’avant dernier jour du mois de janvier… j’essaierai d’anticiper un peu plus le mois prochain !

A noter, j’ai choisi ce mois-ci la version du Livre de poche, un peu moins chère que celle du Masque ; et je regarde avec envie les très jolies couvertures des éditions étrangères, dont je ne retrouve pas l’originalité sur les versions françaises. On verra pour les prochains mois ! J’ai déjà des éditions différentes dans ma bibliothèque, donc j’ai renoncé à avoir tous mes Christie dans la même collection.

S 3-3Le Livre de poche, 224 pages, 6,40€