Biographie

« Madeleine project » de Clara Beaudoux

madeleineLorsque j’ai cherché ce livre dans une grande surface culturelle, le vendeur me l’a désigné vaguement, en me disant « si vous voulez vous charger… », à peu près du même ton qu’il aurait employé pour me dire que l’ouvrage était un peu trop épais pour caler une armoire bancale… Bonjour la rencontre avec Madeleine…

Il est vrai que ce livre est étonnant, un objet inattendu parmi les romans avec lesquels il est classé. Mais pauvre Clara qui en est l’auteur, on se fiche bien, malgré vos propres interrogations, de savoir si votre livre est de la littérature, ou si vous êtes bien légitime comme auteur. Toutes ces questions n’y changeront rien : vous avez eu une idée formidable, vous l’avez transformée en une quête intelligente et en avez fait un livre sensible et plein d’espoir. C’est une lecture qui fait du bien, qui rassure et qui émeut, et le seul critère de la littérature peut bien être celui de l’émotion, après tout.

Pour ceux qui ne connaissent pas « Madeleine Project », revenons sur son origine. Avant d’être un livre, c’est d’abord et avant tout une saga publiée sur Twitter. S’installant dans un nouvel appartement, Clara Beaudoux a découvert dans la cave un amoncellement d’objets ayant appartenu à une certaine Madeleine, dont elle se met en tête de retracer la vie. Au fil de ses recherches, elle publie ses découvertes et ses pensées sur Twitter avec le mot clé #MadeleineProject. Et aujourd’hui c’est devenu un (gros) livre !

La démarche n’est pas du tout voyeuriste, au contraire elle est très respectueuse de la manipulation des souvenirs de Madeleine, et tout ce qui est raconté est raconté avec bienveillance et pudeur.

« J’ai aimé utiliser cette forme ultramoderne pour raconter des vieilleries pleines de poussière. Décalage presque anachronique entre le fond et la forme. »

Au départ j’étais un peu perdue dans la chronologie, ne sachant situer via les dates des tweets à quel moment il avait été écrit, et s’il reprenait l’intégralité des tweets publiés (ce qui n’est a priori pas le cas). Mais très vite j’ai oublié ce détail, emportée avec Clara Beaudoux dans les recherches sur Madeleine. Il faut dire que Clara Beaudoux n’a pas ménagé sa peine pour retracer le passé de cette ancienne institutrice, passant des dizaines de coups de fil, se déplaçant, collant des affiches dans les rues…

Qu’aurais-je fait à sa place, face à des valises poussiéreuses et pleines de petits bêtes… Madeleine a bien de la chance d’être tombée sur Clara pour perpétuer sa mémoire. Et si elle n’a pas eu d’enfant, elle a la plus belle héritière dont elle aurait pu rêver, celle qui continue à faire vivre son souvenir.

S 3-3Le Livre de poche, 640 pages, 16,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *