Roman

« La femme révélée », de Gaëlle Nohant

femme révélée1950. Qu’est-ce qui a poussé Violet, de son vrai prénom Eliza, à quitter sa ville de Chicago, son mari, et surtout son fils Tim ? On pense d’abord à une quête de liberté, on juge un peu cette femme qui ne dit pas grand-chose de ses choix et parle de son passé à mots couverts. A Paris, elle fait quelques belles rencontres, des écorchés de la vie, qui démontrent jour après jour la capacité formidable des humains à se remettre en selle même après des drames.

L’histoire avance et l’on juge de moins en moins cette femme, au fur et à mesure qu’elle accepte de dévoiler son passé. La troisième et dernière partie du livre est finalement la plus forte, où l’engagement se révèle et où les choix prennent du sens.

J’ai été longtemps intriguée par ce livre, que j’ai découvert en version audio. La lecture faite par Claudia Poulsen est complètement en accord avec le texte et avec la narratrice. Car l’héroïne de ce roman n’est que feu sous la glace : elle offre à tous un visage calme et cache beaucoup d’elle-même ; mais l’essentiel est ailleurs, dans des choix et des engagements qui transcendent ce que son apparence laisse supposer. Il en est de même avec la lecture de ce roman, faite avec une tempérance qui sied bien à la narratrice.

Le début du roman m’a laissée perplexe, parce que je ne comprenais pas Violet. Mais il en est des livres comme de la vraie vie, et il faut se garder de juger sans connaître. Le personnage de Violet, gagne à être connu (et compris), et la dernière partie donne tout son sens à cette femme « révélée » qui donne son titre au roman.

S 2-3Audiolib, lu par Claudia Poulsen, 9h45 d’écoute, 23,45€