Roman

« Nickel Boys » de Colson Whitehead

Nickel BoysJ’avais depuis très longtemps envie de découvrir un roman de Colson Whitehead – je me souviens même avoir découpé un article sur lui dans une revue littéraire ! Cet auteur, dont les livres sont connus et appréciés dans le monde, est même encensé par Barack Obama – rien que ça.

Premier livre que je découvre de Colson Whitehead, « Nickel Boys » est une belle découverte. Mon premier agréable étonnement est la très grande fluidité de l’écriture, preuve si c’était encore nécessaire qu’un grand texte n’a pas besoin d’être pompeux, bien au contraire.

L’histoire est celle d’un jeune homme Noir dans l’Amérique des années 1960. Le disque qu’il écoute en boucle ? Un discours de Martin Luther King. Nourri de l’idée que « les ténèbres ne peuvent pas chasser les ténèbres », il ne fait pas partie de ceux qui prônent la violence – il espère que l’égalité s’obtiendra à force de temps et de passion, et non par l’insurrection.

Pourtant c’est dans une école particulièrement violente qu’il est envoyé : accusé et condamné à tort, il n’a pas eu d’autre choix que de rejoindre une école disciplinaire.

Roman initiatique d’une époque, ce livre a été récompensé cette année par le Prix Pulitzer – bien mérité ! J’ai suivi avec intérêt, émotion et effroi, le parcours de ce jeune homme sensible, éduqué et courageux, et celle de ses camarades, tous pièces d’un puzzle historique qui les dépasse.

Quant à la lecture de Stéphane Boucher, elle est parfaitement adaptée au texte, sans fioriture, juste au service d’un grand roman. 

S 3-3Audiolib, lu par Stéphane Boucher, traduction de l’anglais (US) par Charles Recoursé, 6h59 d’écoute, 22,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *